Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2010

Parenthood 2x10

thanksgiving_jpg_627x325_crop_upscale_q85.jpg2x10 Happy Thanksgiving

Dimanche soir, il neigeait, alors je me suis enveloppé sous une grosse couette, je me suis préparé un chocolat chaud et j'ai regardé cet épisode qui m'a laissé avec un grand sourire.

Aucune série n'avait réussi à retranscrire avec autant de justesse ce qu'est un repas de famille. La préparation, les gens qui arrivent, les enfants qui courent, les multiples conversations, la partie de sport qui dégénère, le rangement, le ventre trop plein en fin de soirée. Cet épisode a réussi vraiment à capturer tout ça en nous plongeant en plus dans un bel automne californien qui me fait complètement rêver.

PARENTHOOD-Happy-Thanksgiving-3-550x366.jpgChaque personnage a été très bien exploité et il y en avait un paquet ! Franchement, j'ai adoré chaque passage de l'épisode. Le travail toute en finesse sur Adam est bien fait, la rupture entre Sara et Gordon bien amené (et nécessaire), l'intrigue de Drew (enfin!) avec son grand-père et celle d'Amber avec sa grand-père, la prière de Zeek et ses excuses à Camille, Kristina amusé de voir sa fille avec son nouveau petit ami, Julia qui gâte trop sa fille et Crosby qui est le seul à bien s'en sortir pour une fois. Tout le monde a pu intéragir avec tout le monde sans aucune longueurs. La série atteint donc son apogée et parvient enfin à mêler tout le monde avec fluidité, sans en faire trop, avec un bon équilibre entre drame et légereté.   

Probablement le meilleur épisode de la série. Vivement celui de Noël !

00:00 Publié dans Parenthood | Lien permanent | Commentaires (0)

It's Always Sunny In Philadelphia 6x06

l3589ff9e0000_1_12107.jpg6x06 Mac's Mom Burns Her House Down

Un épisode sympathique. Pas de véritable fous rires mais un tas de sourires et des personnages exploités à merveille. Mrs Kelly et Mrs Mac étaient excellentes lors de leurs premières apparitions avant de devenir un peu trop cartoonesque au fil du temps. Ici, l'intrigue leur permet étrangement d'être plus crédibles et nous montre que Mrs Kelly est encore plus taré que Mrs Mac. 

Autour de ce duo improbable, Mac est adorable en voulant protéger sa tendre maman, et Charlie se retrouve être le plus sain d'esprit de tous. Sauf quand il se met à avoir des troubles obsessionnels ce qui était la chose la plus drôle de l'épisode ! Dans l'intrigue secondaire, Dee est encore une fois une victime, et je me lasse jamais de voir Frank et Dennis lui jouer les pires crasses possible, surtout lorsqu'ils pensent bien agir. L'image de Dee attaché à son lit et criant "Josh Groban" était également très drôle, tout comme le nouveau rôle de Dennis, qui en plus d'être un sociopathe, est devenu un "arrangeur de problèmes" ("The Fixer"). Quand à Poppins, il est adorable et m'a fait penser à l'agent Bauer, le chat indestructible.

Par contre, il va peut-être falloir inclure la grossesse de Kaitlin Olson dans l'histoire, parce que son ventre commence à être plus que voyant !  

29/11/2010

Sons of Anarchy 3x03

Sons-of-Anarchy-Clay.jpg3x03 Caregiver

Dernier épisode de transition avec le grand départ, assurément. Et encore une réussite. 

Le point fort de la série, c'est sa bonne mémoire, sa manière de tout lier, de ne jamais laisser un détail de côté, comme c'était le cas pour The Shield ou comme ça l'ait encore pour Breaking Bad. Quand le club exploite ses différentes alliances pour trouver de l'argent nécessaire à leur nouvelle mission, on a Oswald, le politicien, le gang des asiatiques, tout l'univers autour de Samcro qui apporte réalisme et complexité au show. C'est en plus l'occasion de faire un point sur la vie de couple et les doutes d'Opie, toujours instable ainsi que la santé d'un club menacé par l'arrivée de nouveaux politiciens véreux à Charming. Il est temps pour le grand départ et la fin de l'épisode semble l'annoncer très clairement.

sons-of-anarchy-caregiver-01-550x406.jpgDirection l'Irlande, ce qui semble très enthousiasmant puisque le personnage de Paula Malcomsom est déjà très bien établie. Elle a une histoire avec John Teller, un passé commun avec Gemma, et ça promet en révélations et confrontation avec le club. J'avais oublié que Cherry, la copine d'Half-Sack, avait mis les voiles en Irlande et c'est une bonne surprise de la revoir, encore une preuve de la bonne mémoire du show. Impatient de voir comment s'organise les Sons dans un autre pays, face à leurs homologues locaux et à leurs vieux amis/ennemis.

Et j'espère que le road-trip embarquera Gemma hors de sa cachette car cette intrigue commence déjà à faiblir. Si j'ai été encore une fois ému par la performance de Holbrook et sa belle scène avec Gemma, le meurtre de l'aide soignante était too much, pas très crédible et pas forcément nécessaire. On nous montre encore une fois que Tara n'est pas prête à tout accepter et c'est un peu revenir en arrière sur le tempérament de Gemma, trop forcé. Heureusement, c'est réglé assez vite grâce à l'intervention d'un Stephen King surprenant et très drôle en nettoyeur quelque part entre celui de Breaking Bad et Harvey Keitel dans Pulp Fiction. Allez, maintenant il faut décamper Gemma, en prenant soin de ne pas oublier Tig !

C'était donc très bien, malgré l'aspect un peu maladroit de la partie consacrée à Gemma, mais maintenant, il ne faut plus traîner et partir sur la route ! 

The Big C 1x06

The-big-c-5.jpg1x06 Taking Lumps

Si j'ai trouvé cet épisode sympathique, il va très vite falloir que Cathy révèle sa maladie à l'un de ses proches, sinon je vais m'énerver. Juste au moment où elle s'apprêtait à se confier à Paul, la série fait un grand pas en arrière et repousse encore la révélation. Je peux le comprendre car grâce à ce non-aveu, on a des scènes du genre "on prend une photo et c'est une photo important, mon fils, tu verras plus tard (quand je serais morte)". Mais en même temps, ça commence à être redondant et plus tellement crédible.

C'était chouette de voir la famille heureuse l'espace d'un instant, même si on se doute bien que le status quo va retomber à la fin de l'épisode et que Paul ne reviendra pas à la maison, et que Adam restera perplexe face à sa mère (l'acteur fait des progrès, c'est déjà ça) et que Marlene redeviendra amère et insociable. En attendant que les choses changent et deviennent vraiment juste et émouvantes, la série n'oublie pas d'être drôle. Sean est toujours à la limite d'être une grosse caricature mais l'acteur s'en sort bien. La tête d'Oliver Platt lorsqu'il avoue son "adultère" est à mourir de rire et la présence d'Idris Elba est toujours un bon point. 

Donc c'était bien, mais c'est la dernière fois que j'accepte ce genre d'épisode où dès qu'on fait un pas en avant, la série refait un gros pas en arrière. 

00:00 Publié dans The Big C | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2010

30 Rock 5x08

30rock.jpg5x08 College

L'un des épisodes le plus drôle de la série !

J'ai pas arrêté de me marrer du début à la fin tant ces vingt minutes regorgent de répliques cultes, de bonnes idées, d'intelligence et de rythme. Alec Baldwin est juste parfait et c'est toujours sympa de s'intéresser à la nostalgie de Jack pour les années 80 et le capitalisme, de le voir dire adieu à ses vieux rêves et accepter son présent avec toute sa dignité et grandiloquence, face à sa fenêtre de réflexion. Le plus drôle ? Baldwin déguisé en livreur grecque ! 

Tina Fey est également très bien avec une Liz qui tente de retrouver ses deux semaines de gloire de la fac mais se retrouve détesté par tout le monde. Comme Jack, elle embrasse son rôle et assume qui elle est vraiment avec joie (en checkant avec un million d'anges !). Jenna et Tracy sont impeccable dans le rôle des conseillers condescendants et moi qui me plaignait de pas avoir assez de Pete, le voilà en grande forme avec son poncho et sa guitare ! Quand à Kenneth, il apparaît deux minutes et c'est juste ce qu'il faut. 

Bon, le tag parodique de fin sur les films de fac avait déjà été utilisé dans Community, mais c'est encore plus drôle ici bizarrement !

30 Rock exploite vraiment un bon cru qui dure plus longtemps que je ne l'aurais espéré et la série devient peu à peu la plus fiable des comédies du jeudi soir. 

12:28 Publié dans 30 Rock | Lien permanent | Commentaires (3)

Raising Hope 1x08

raising-hope-s1e9-blue-dots-04-550x366.jpg1x08 Blue Dots

Je ne sais pas comment les scénaristes se débrouillent pour toujours naviguer entre le gentiment trash et le légèrement mielleux. Cet épisode est une parfaite illustration de leur savoir-faire dans ce domaine. 

Tout en développant une galerie de personnages secondaires sympathiques (sans vraiment être drôle), "Blue Dots" transforme tout le monde en agresseur sexuel grâce à un scénario inventif et sans temps mort. Niveau drôlerie, c'est d'ailleurs Burt qui s'en sort le mieux, mais Martha Plimpton est toujours aussi chouette dans son rôle. La joueuse d'ukulélé apporte une touche joyeuse à chaque début d'épisode, mais ce procédé risque d'être très vite limité. Bien vu en tout cas la référence à "It's Always Sunny in Philadelphia" qui avait en effet déjà utilisé le gag de la dent morte. 

Bon épisode. Il y avait des scènes ingénieuses, d'autres un peu crispantes, mais en général, ça tient la route et réussit sa mission de divertissement à défaut d'être hilarant. Il faudrait juste dire au type qui siffle sans arrêt dans la bande-son de se calmer sinon je vais avoir une migraine !

27/11/2010

7/ Best of Buffy the Vampire Slayer

Je parle souvent d'Urgences ou bien de Friends, mais à la même époque, Buffy a également joué un rôle clé pour mon entrée dans le monde des séries. Je me souviens que je n'avais pas M6 chez ma mère et je ne pouvais voir la série que chez mes grands-parents, lors de rediffusions, à 18h. J'étais au collège et c'était la rediffusion de la quatrième saison qui reste mon premier souvenir. J'avais ensuite acheté presque toute la collection de VHS, j'avais regardé Angel, j'avais adoré l'univers de Whedon. Buffy n'est pas une série parfaite mais elle a marqué son époque, elle est originale, pleine de charme et de personnages savoureux, intelligente et novatrice. Il est dur d'en faire un best of représentatif alors j'espère que j'aurais le temps de vous en dire plus prochainement à son sujet. 

 

tumblr_lcfb7w2FCE1qdh1rto1_500.jpg

 

Favorite Season/Worst Season : Season 3 / Season 1 

Favorite Episode : 5x16 The Body

One episode I Don't Love That Much : 6x12 Doublemeat Palace

Favorite Male Character/Male Character I Hate : Giles / Riley

Favorite Female Character/Female Character I Hate : Anya / Kennedy

Favorite Villain : Caleb

Favorite Couple : Buffy & Angel 

 

tumblr_lcdz50HU2R1qcq9h7o1_500.jpg

 

Best Season Finale : Season 5 Finale "The Gift"

Worst Season Finale : Season 1 Finale "Prophecy Girl"

Best Season Premiere : Season 7 Premiere "Lessons"

Worst Season Premiere : Season 5 Premiere "Buffy Vs Dracula"

Favorite Background Character : Andrew

Favorite Song from "Once More With Feeling" : "Something to Sing About"

 

Dexter 5x09

Episode-5-09-Teenage-Wasteland-Promotional-Photos-dexter-16990567-600-398.jpg5x09 Teenage Wasteland

Maintenant que Lumen est devenu attachante, que l'on a bien identifié les antagonistes de la saison et que ce qui se passe au commissariat est relié avec la quête de Dexter, on peut apprécier la série comme un bon divertissement. J'ai passé un moment agréable devant cet épisode bien construit, équilibré. 

Sans aller trop vite, les scénaristes parviennent à la fois à développer le personnage de Dexter grâce au retour d'Astor, sa relation avec Lumen, son combat avec Jordan Chase et la traque qui s'opère dans son dos par Luddy, le détective privé. Trois fils rouges de la saison qui sont enfin mieux établis et prometteurs pour les trois épisodes restants. Une fois passé les clichés sur l'adolescente en crise, l'intrigue d'Astor prend vraiment une tournure intéressante, que ce soit grâce à une belle scène avec Henry (c'était pas arrivé depuis tellement longtemps) ou la démonstration de coups sur le beau-père violent. J'ai aussi beaucoup aimé la rencontre avec Deb et Lumen, simple mais amusante. Michael C.Hall a enfin de la matière à exploiter et même si on peut craindre que toute cette machination scénaristique ne retombe dans le status quo l'an prochain, c'est pour l'instant bien plus intéressant que le début de saison.

Episode-5-09-Teenage-Wasteland-Promotional-Photos-dexter-16990562-600-398.jpgMaintenant que Laguerta assume son côté emmerdeuse, elle me tape moins sur le système et au moins, ses problèmes avec Angel semblent plus ou moins réglés. On peut enfin réouvrir l'enquête et lier de plus en plus la quête de Deb à celle de son frère. Le personnage de Luddy peut être une vraie menace et apporte quelque d'excitant à l'ensemble, même si l'on doute qu'il va vraiment dévoiler la vérité à Deb et même si l'on sait qu'il finira victime de Dexter avant la fin de saison. Tout de même, c'est prometteur.

Même si la série n'est toujours pas un modèle de finesse, elle prouve avec cet épisode qu'elle peut encore divertir et avoir de bonnes idées. La bande annonce du prochain épisode est en tout cas très alléchante.  

 

00:00 Publié dans Dexter | Lien permanent | Commentaires (0)

26/11/2010

How I Met Your Mother 6x10

jorge-garcia-himym_510.jpg6x10 Blitzgiving

Un épisode sans temps mort, qui plutôt que de reposer sur les mêmes éternels gimmicks, en introduit de nouveaux. 

Même si on peut encore se demander d'où sortent tout ces nouveaux amis qu'on nous présente depuis un moment, la présence de Jorge Garcia est une bonne chose tant son personnage apporte un peu de fraîcheur à l'ensemble. Le délire du "Blitz" est très bien exploité, juste ce qu'il faut pour ne pas devenir trop lourd et il m'a plutôt fait rire du début à la fin. Même Barney a l'occasion de changer de registre !

La querelle entre Ted et Zoey se regarde tranquillement, même si je commence à réaliser qu'elle ne sera pas la mère, et même si la fin sort un peu trop les violons. 

En tout cas, c'était fort plaisant. Comme quoi, cette sixième saison n'est pas si mauvaise que ça ! Inégale certainement, mais mauvaise, pas encore !

The Good Wife 2x06

THE-GOOD-WIFE-Poisoned-Pill-3.jpg2x06 Poisoned Pill

Après la première petite déception de l'épisode précédent, la série replace la barre très haut avec un épisode très solide, rempli d'acteurs que j'aime beaucoup.

D'abord Michael J.Fox. Je l'avais pas vu à l'écran depuis son apparition dans Scrubs et malgré sa maladie, l'acteur a toujours un charisme fou. Son personnage est parfait, lui permet de tirer parti de son handicap de manière intelligente, avec un grain de folie qui lui va à ravir. Sa méthode au tribunal est jouissif mais pas autant que sa révélation final face à Alicia. J'espère revoir leur affrontement dans un autre épisode et ça m'a ravi de revoir cet acteur sur le petit écran. À noter que l'affaire du jour a ce qu'il faut de tensions, de rebondissements et de crédibilité pour m'avoir convaincu et surpris jusqu'à la fin. 

S02E07-Poisoned-Pill-Stills-the-good-wife-16272716-369-500.jpgEnsuite, il y a Lili Taylor, une ancienne de Six Feet Under et moi, j'aime bien les anciens de Six Feet Under. Surtout lorsque leur rôle vient chambouler l'assurance de Kalinda, en confirmant au passage nos doutes sur sa sexualité et en rendant encore plus excitant sa confrontation avec le mystérieux Blake. Les scénaristes trouvent même l'occasion de glisser un Will magouilleur ainsi que la complicité entre Kalinda et Cary dans une intrigue passionnante. 

Même chose pour la campagne. Même si Chris Noth est absent, on peut compter sur Alan Cummings pour faire le spectacle. Cette fois, il est accompagné de Skip Sudduth, un acteur que j'aimais beaucoup dans "Third Watch" (New York 911 en VF). La vidéo incriminant la nouvelle adversaire est aussi amusante que la révélation final inattendue. Eli va devoir redoubler d'ingéniosité et de malice pour que son candidat remporte la victoire et c'est toujours un plaisir de le voir magouiller. Bonne utilisation aussi de Grace qui nous offre une belle scène en compagnie de sa mère. 

Des guest bien utilisés et une intrigue dense en mouvement au menu de cet épisode très complet. 

 

25/11/2010

Community 2x09

2x09 Conspiracy Theories and Soft Defenses

À nouveau une parodie qui fonctionne pour Community. Cette fois, la série s'attaque aux séries conspirationnistes, au suspense artificiel et elle le fait avec beaucoup de charme en y intercalant une histoire de château fort fabriqué avec des draps et des oreillers.

Allison Brie est la vraie star de cet épisode. Charmante et hilarante du début à la fin, elle ne fait que renforcer ma sympathie pour la relation qu'elle entretient avec Jeff. Cet épisode ravira les shippers tout en s'en moquant. Mais ce n'est pas le plus marquant. Non, ce qui est vraiment génial (et contrairement à certains, je n'ai pas trouvé ça trop poussif puisque c'était justement le but de la manoeuvre d'être poussif), c'est l'enchaînements de révélations finales à coups de faux flingues et de bonnes leçons.

On peut penser à Arrested Development et l'oncle qui fait semblant de perdre un bras pour éduquer les enfants Bluth, mais on peut surtout penser "Mon dieu, on ne peut plus arrêter les scénaristes de Community sur le chemin de la drôlerie décomplexé" ! J'ai ri à chaque fois que quelqu'un prononçait le nom "Professor Professorson" et à chaque intervention du Dean, décidément le personnage secondaire le plus génial de la série (en attendant que quelqu'un retrouve la trace de Chang). Et je lirais volontier un bouquin intitlué "Time Desk" par Dean Dangerous !

La petite folie de Troy et Abed est délicieuse et j'étais même un peu triste de voir le fort démoli. Joli clin d'oeil à "Cougar Town" qu'il faut que je regarde et tag final aussi court qu'il est drôle. Bref, un très bon épisode de Community qui, depuis Halloween, semble reparti pour l'excellence sans vouloir s'arrêter.  

00:00 Publié dans Community | Lien permanent | Commentaires (1)

The Big C 1x05

thebigc_103-104_1211_jpg_627x325_crop_upscale_q85.jpg1x05 Blue-Eyed Iris

Un épisode très divertissant, plutôt axé comédie et rempli de jolies scènes très légères. La présence d'Idris Elba (The Wire, The Office) est un plus non négligeable. 

Le thème principal est le désir, et tout commence avec Cathy qui surprend son fils à regarder du porno. Un cauchemar pour n'importe quelle adolescent et une scène embarrassante que Laura Linney rend vraiment amusante. Son flirt avec l'homme d'entretien du lycée et la partie de jambes en l'air finale était prévisible, mais touchante. J'ai beaucoup ri devant la scène d'épilation, devant le look pirate de Paul et la rencontre entre Sean et Marlene. On sent également un potentiel entre le gamin de Cathy et son élève en plein régime. Mais je me rends compte que je n'ai pas grand chose à raconter sur cet épisode qui manque un peu de profondeur.

J'attends vraiment que le show prenne un peu plus d'ampleur et devienne vraiment émouvant. Parce que les changements de ton risquent de rendre le tout un peu inégale à la longue. 

00:00 Publié dans The Big C | Lien permanent | Commentaires (0)