Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2011

Mildred Pierce [mini-série]

mildred-pierce-poster.jpgN'ayons pas peur des mots, les mini-séries d'HBO sont pour la plupart de purs chef d'oeuvres : Band Of Brothers, John Adams, The Pacific, Angels In America. N'ayons pas peur des mots, Kate Winslet est une grande actrice. Et Todd Haynes a fait un superbe boulot avec I'm Not There son biopic concernant Dylan. Je me suis donc laissé tenté par Midred Pierce, mélodrame en cinq épisodes adapté d'un roman et d'un film et racontant le destin d'une mère et de sa fille dans les années 30, la première cherchant l'émancipation mais vivant toujours dans l'ombre de sa machiavélique progéniture. 

Car il s'agit bien d'un mélodrame et c'est clairement assumé. Mildred Pierce est une femme qui va passer à travers un tas d'émotions : le deuil, la tristesse, la joie, la déception, la colère, la rage, le deséspoir, la froideur, l'indifférence, la passion. Et ce qui aurait pu ressembler à un soap opéra à gros budget parvient à nous émouvoir grâce à Kate Winslet qui saisit ses émotions avec une incroyable justesse et mérite largement son Emmy (qu'elle remportera sans aucun doute). Même si la mini-série est courte, l'histoire prend son temps et accuse forcément quelques longueurs. Mais on est parfois hypnotisé par ce qu'il se passe à l'écran, que ce soit les coulisses d'un restaurant californien dans les années 30 ou un récital à l'opéra. La reconstitution, la réalisation et le cast sont donc impeccables et permettent à la sauce de prendre même quand le récit apparaît prévisible, trop lent ou ridicule. Autour de Winslet, on retrouve Melissa Leo, James LeGros, Mare Winningham, Guy Pearce, tous excellents acteurs dans des personnages bien construits. Et puis il y a cette gamine, Veda Pierce, le plus atroce personnage de télévision. 

mildred pierce_kate winslet & evan rachel wood_01.jpgJe n'ai jamais eu autant envie de faire du mal à un enfant (ne sortez pas cette phrase de son contexte, je vous en prie). On a forcément de l'empathie pour Mildred lors de sa lutte contre cette gamine ingrate, suffisante, prétentieuse, manipulatrice, drama queen et cruelle. Les proportions de notre haine pour Veda deviennent telle que c'est parfois difficile à regarder et qu'on ne peut que crier de joie lorsque sa mère finit par perdre le contrôle et se venger violemment contre sa salope de fille. Donc oui, c'est un mélodrame car les situations atteignent un incroyable degré de pathétisme et Veda est un personnage hors-norme, caricatural, machiavélique et j'en passe. Mais encore une fois, l'atmosphère de la série et la performance de Winslet permettent un équilibre solide. 

Je suis pourtant resté sur ma faim et j'aurais aimé être ému de manière plus sincère, j'aurais aimé m'attacher encore plus à des personnages secondaires pas toujours bien dessinés. Il y a quelques moments de pure beauté, comme ces intrusions dans les cuisines du restaurant, ces ballades au bord de l'océan, la réconciliation entre Mildred et Bert ou bien le fameux passage à l'opéra. Mais le récit est trop figé, manque parfois d'ampleur et Veda est parfois tellement insupportable que c'est difficile à regarder. D'un autre côté, les scènes de nues de Winslet ou d'Evan Rachel Wood se regardent sans problème... 

On ne tient pas avec Midldred Pierce une grande mini-série, mais un mélodrame de qualité. 

Les commentaires sont fermés.