Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2012

Game of Thrones 2x10

8eCqAl.jpg2x10 Valar Morghulis

ATTENTION : Mes chroniques vont contenir des SPOILERS concernant la première saison et la suite de l'intrigue. J'ai fini la lecture de "A Clash of Kings" alors je m'adresse en particulier à ceux qui en sont au même point voir plus. Cela dit, je vais faire gaffe dans la mesure du possible. Et je vous conseille d'en faire autant dans les commentaires. Ne m'obligez pas à vous amener de force place de Baelor. Merci.

Quel bordel...

Alors que "Blackwater" était un modèle de story-telling, ce season finale est un laboratoire où les scénaristes balancent un peu au hasard un tas de personnages, de lieux, d'intrigues, de conclusions, d'inventions et de cliffanghers. Parfois la sauce prend et c'est émouvant, beau, surprenant, jouissif. Parfois, c'est baclé, les enjeux manquent de clarté et ça tombe à plat.

Avant d'aller faire un tour aux quatre coins de Westeros, les scénaristes nous replongent d'emblée à Port-Réal où les conséquences de la Bataille de la Néra ne tardent pas à se faire ressentir : l'alliance entre les Lannister et les Tyrell, la délivrance amère de Sansa, l'arrivée triomphale de Tywin (et de son cheval), les complots de Littlefinger et Varys et notre bon vieux Tyrion qui se retrouve défiguré et qui reste le personnage le plus passionnant de la série : avec sa gueule cassé et sa putain dans les bras, il m'aurait presque fait lâcher une larme. Peter Dinklage a brillé durant toute la saison et ne volera pas sa nomination certaine aux Emmy Awards. S'il y a quelque chose que la série n'a pas manqué cette année, ce sont les intrigues à Port-Réal. 

Et du côté Baratheon, quelle sont les conséquences ? Et bien à l'instant où l'on se pose la question, l'épisode nous embarque à Peyredragon. C'est l'astuce qu'ont trouvé les scénaristes pour donner un peu d'unité à leur épisode : on découvre au fur et à mesure où en sont les personnages et ce qu'ils feront la saison prochaine. C'est juste dommage de voir Stannis comploter de nouveau avec Mélisandre sans nous montrer Davos en train d'être repêcher sur une île...

valar-morghulis.jpg

Tandis que Robb rompt son sermon avec les Frey pour épouser sa jolie infirmière (je caricature hein), Brienne continue d'escorter le Régicide et ça promet pour l'an prochain tellement ce duo fonctionne bien (et dans des décors vraiment chouettes). On part ensuite, sans prévenir, retrouver Arya et offrir une conclusion à son intrigue avec Jaqen, qui révèle enfin sa vraie identité : il n'a pas d'identité. La scène parvient à rester toute aussi mystérieuse et excitante que dans le bouquin, sauf qu'elle est un peu prise en sandwich entre tout ce qu'il se passe avant et après. Bien que le titre de l'épisode met en avant cette révélation, le destin d'Arya reste anecdotique dans l'ensemble et c'est un peu dommage.

Mais je savais bien qu'il fallait laisser pas mal de temps d'antenne à Daenerys. La maison des Non-Mourants est un passage totalement dingue et psychédélique dans le bouquin qui se permet en plus de nous "spoiler" le destin de la Mère des Dragons. Les scénaristes en font quelque chose de plus sage et d'assez contemplatif, ce qui m'a agréablement surpris. La longue marche à travers la salle du trône sous la neige était sublime et les "retrouvailles" avec Drogo apportent un peu de sens à la quête de Danny cette saison : savoir sacrifier un tas de choses pour pouvoir accéder au pouvoir. La conclusion de ce séjour chez les Non-Mourants est bâclé (même si certains seront heureux de voir les dragons cracher enfin un peu de feu) et la vengeance sur Xaro très maladroite. On gardera peu de moments mémorables du parcours de Danny cette saison mais ce final lui rend un peu justice et la lance vers de nouveaux horizons, enfin (même si très franchement, il faudra encore être très patient).

game-of-thrones2.jpg

La rencontre avec Mance n'aura pas lieu cette année (comme je le souhaitais). Au lieu de ça, on a tout de même le droit à une confrontation avec Quorin et la découverte du camp des Sauvageons, ce qui nous laisser de quoi patienter jusqu'à la saison prochaine, où l'intrigue de Jon Snow prendra une toute autre envergure, croyez-moi et où on pardonnera ce moment de transition un peu laborieux parfois, malgré les beaux paysages. Par contre, il ne faudra pas attendre plus longtemps pour avoir l'un des moments les plus surprenants de "A Storm of Swords" : putain de scène finale que je n'avais pas vu venir. Je ne sais pas quoi en penser et je dois applaudir les scénaristes pour avoir pris un vrai risque. Voilà de quoi rendre ce qu'il se passe au dessus du Mur mémorable, pour de bon. 

Ce que j'attendais le plus, c'était ce qu'il se passe à Winterfell. Et je dois dire que la chute de Theon Greyjoy m'a laissé un peu frustré. Remplacer l'arrivée du batard Bolton par une mutinerie des Fers-Né, je veux bien. Mais le problème, c'est que le sort de Theon et est encore plus pathétique que prévu et manque vraiment de clarté. L'incendie du château ne m'a pas choqué plus que ça (encore une fois parce que c'est balancé au milieu d'un tas d'intrigues) mais fort heureusement, la mort de Mestre Luwin, l'un de mes personnages favoris et l'un des moments les plus triste du livre, ne m'a pas déçu. 

theon.png

"Valar Morghulis" est donc à l'image de la saison tout entière : un joyeux bordel. Qui n'atteint pas toujours les sommets du roman, mais parvient parfois à l'adapter avec beaucoup d'intelligence. Qui ne rend pas justice à toutes les intrigues et à tous les personnages, mais qui aura bravement essayé. Qui parvient à se démarquer tout à fait de la première saison sans nous faire perdre notre curiosité (même quand on sait ce qu'il va s'y passer). Et qui a été le truc un truc vraiment dingue et vachement divertissant, comme on en voit rarement à la télévision. 

Alors que j'achève bientôt ma lecture de "A Storm of Swords", je peux déjà vous dire qu'on a pas fini de passer du bon temps à Westeros et que malgré tous les défauts de la série, la troisième saison sera forcément passionnante. J'espère que les scénaristes continueront de s'amuser à partir de leur matériau de base pour nous offrir des heures de divertissement encore plus riches et folles. 

Pour finir, voici mon classement des meilleurs personnages secondaires de la saison. À la première place : Varys. Il a même réussi à donner un vrai intérêt à Roz dans ce final. En seconde position, Bronn, dont j'aurais bien aimé voir l'annoblissement. Et pour finir, Mestre Luwin, repose en paix.

P.S. : On verra l'an prochain si je continue à chroniquer la série car il est difficile d'apporter quelque chose de vraiment nouveau, surtout au vu des nombreuses choses déjà écrites sur la série peu de temps après la diffusion de chaque épisode. À cause des spoilers, j'attire peu de lecteurs et de commentaires et je suis tout aussi bordélique que les scénaristes lorsqu'il s'agit de parler d'un tas de choses à la fois. D'ailleurs, ne vous inquiète pas : il y aura plus d'activité à partir du 16 juin, lorsque j'aurais quelques jours de repos pour conclure avec vous un tas de choses et relancer le blog pour une cinquième saison. Patience...

Les commentaires sont fermés.