Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2013

Frasier S11E18

Une fois n'est pas coutume, c'est Drum de pErDUSA qui m'a fait découvrir une série. Et à l'époque, je n'avais même pas Internet et pas assez d'argent pour m'acheter de coffrets DVD. Alors je connaissais Frasier, j'avais envie de voir Frasier mais je ne pouvais pas voir Frasier. Des années plus tard, me voilà qui approche de la fin d'un long rattrapage de onze saisons et plus de 200 épisodes, débuté à l'automne 2011. Drum m'a alors contacté pour que l'on discute de ces ultimes épisodes ensemble et nous avons sélectionnés les plus marquants pour dialoguer durant l'été. C'est à lire même si vous n'avez pas encore vu la série. Et c'est un fort encouragement à voir la série !

frasier.jpg

S11E18 Match Game

Drum : Frasier rentre dans sa dernière ligne droite avec cet épisode qui voit l’arrivée de Laura Linney. Niles et Daphné commencent une vie de famille, Martin et Ronnie filent le parfait amour, et Frasier est seul. Suite a un quiproquo (choquant dans Frasier, hein?), Frasier fait la connaissance de Charlotte Web qui dirige un réseau de matchmaking. J’aimerais pouvoir utiliser le terme entremetteuse, mais ça fait un peu Madame Claude. Et en quelques minutes, on réalise que Laura Linney et Kelsey Grammer travaillent très bien ensemble dans une excellente scène d’ouverture. Rapidement, on réalise que Linney va très bien s’intégrer dans l’univers de la série.

Dylanesque : C'est gros comme une maison dès leur premier rencontre devant l'ascenseur que Charlotte sera le love interest de Frasier jusqu'à la fin du show. On n'engage pas quelqu'un de la trempe de Laura Linney innocemment. Une actrice avec qui j'ai une relation d'amour/haine. Amour car elle est superbe dans John Adams ou The Squid & The Whale. Haine parce que les deux dernières saisons de The Big C me donnent encore envie de vomir. Mais oui, tu as raison, l'alchimie est parfaite et le fait qu'elle porte mon nom féminin favori est un signe qui ne trompe pas !

vlcsnap-2013-06-29-21h26m04s10.png

Drum : Par le biais de cette intrigue, la série se moque aussi de la multitude des conquêtes de Frasier. Et comme on est dans une sitcom des années 90, bien évidemment, la plupart avait le physique de top model et elles n’étaient là que le temps d’un épisode. Avec la petite scène de l'ascenseur, on comprend rapidement pourquoi. 

Dylanesque : Ca m'a fait penser à un épisode de Friends où Joey se demande s'il n'a pas couché avec toutes les femmes de New York (il faut que j'arrête de penser sans arrêt à Friends). Il est vrai que le bal des petites amies de Frasier commençait à être un peu long au bout de onze saisons et à cinq épisodes de la fin, il est grandement temps que l'on en finisse. Le Frasier solitaire et dépressif aura été à l'origine de très beaux et très drôles moments mais je lui souhaite quand même de trouver chaussure à son pied le pauvre.

Drum : Le fait qu’il revienne voir Charlotte montre que Frasier, comme le reste des hommes de sa famille, veut aller de l’avant. Onze ans d’échecs sentimentaux font une sitcom très drôle, mais la réalité est plus rude pour un personnage qui ne veut pas finir seul. Frasier n’a jamais été dans une relation sur une très longue durée. La fabrique de la série n’aurait été que trop altérée. Avec le dernier épisode en vue, il est évident que cet aspect devienne un des moteurs de cette ultime saison. La nostalgie de la fin de série ne doit pas étouffer la série mais lui permettre d’aller de l’avant. 

Dylanesque : Et c'est clairement le leitmotiv de cette ultime saison : aller de l'avant. Franchement, il est parfois dur de se souvenir d'une vraie petite amie marquante dans la série, mise à part le duo d'amies formé par Patricia Clarkson et Jean Smart, qui m'avait bien marqué à l'époque. Alors oui, l'arrivée de Charlotte est une excellente nouvelle. Et Laura Linney est excellente dans ce registre et parvient à nous vendre sans souci le bon vieux coup de la chaussure usée, un outil scénaristique aussi pratique que se tromper d'étage. À noter que l'actrice avait déjà fait une apparition dans la série la saison précédente en prêtant sa voix à un des patients radiophoniques de Frasier !

vlcsnap-2013-06-29-21h26m13s118.png

Drum : On a fait revenir ses ex femmes dans pour leur dire un au revoir approprié mais, il faut se rendre à l’évidence, Frasier a besoin d’aide. Il aurait normal de le voir thérapie avec un psy pour sa fin de saison, mais Charlotte, en tant que matchmaker, permet d’obtenir le même résultat, à savoir définir clairement ce que Frasier veut dans la vie, de façon bien plus originale. Le montage des rendez vous de Frasier est bigrement drôle (et au passage «Hey!! Rachel Dratch!!!»), mais en avant que si Charlotte parait si efficace en première partie d’épisode, elle ne serait pas si talentueuse que cela. Et rapidement pas si stable que cela. L’alchimie entre les deux acteurs se confirme tout au long de l’épisode.

C’est un vrai plaisir de voir la série partir dans une nouvelle direction alors qu’on s’approche de la fin. Encore une fois, la brillance de la série est de ne pas avoir cédé à la nostalgie ou, à l’inverse, à l’hystérie de la fin de saison. Elle adresse ce qui doit être adressée, elle prend son temps, mais n’oublie pas qu’il est compté. La fin heureuse est en marche pour Martin et Niles, il faut maintenant se concentrer sur le héros de la série.

Dylanesque : Je ne me suis pas ennuyé une seconde lors de cette scène au restaurant et comme tu le dis, tout semble naturel et simple. Oui, il y a le coup de la chaussure, mais à part ça, ça ne me semble pas forcé comme manière d'offrir à Frasier sa nouvelle âme soeur. C'est le signe d'une série intelligente et mature et c'est la preuve une nouvelle fois de l'alchimie parfaite entre Grammer et Linney. Cela dit, je me serais bien passé du plan final où Frasier n'arrive pas à dormir car il a Charlotte en tête. C'était redondant et là, pour le coup, un tantinet forcé. En tout cas, j'ai hâte de voir comment les scénaristes vont utiliser le peu d'épisodes restant pour développer leur romance sans que ce soit trop prévisible. J'ai confiance en eux. 

vlcsnap-2013-06-29-21h26m31s49.png

Drum : Mais l’épisode commence avec Daphné et Niles et la manière de vivre une grossesse. Eux aussi, dans cet épisode, ont recours à une aide extérieure, une doula. Même s’il faut 47 secondes à Daphné pour être désagréable, l’intrigue est plutôt plaisante. Niles et Daphné (surtout Niles) essaient d’être un couple qui cherchent à vivre plus spirituellement la grossesse avec une doula (et son équipe formée d’un shaman et du batteur des Doobie Brothers !) qui insiste pour une naissance sans péridurale. Encore une fois, David Hype Pierce s’en sort très bien dans cette intrigue. Mais pour une fois, j’aurais aimé qu’elle soit plus centrée sur Daphné pour voir Jane Leeves dans autre chose que la rabat joie qu’elle est devenue. Mais même Roz et Martin dans des interventions plus limitées font plus rire qu’elle. C’est pour moi, le seul gros point noir de cette saison. Les scénaristes ne savent plus du tout gérer son personnage.

Dylanesque : Je fais le même constat : Daphné est parfaitement insipide cette saison. Déjà, elle apparaît peu (est-ce dû à une véritable grossesse de la part de l'actrice ?). Et quand elle apparaît, elle se montre franchement relou, pour utiliser un mot que j'utilise rarement. De toute façon, je suis peu passionné par cette histoire de grossesse. C'est un procédé usé jusqu'à la corde que ce soit dans les dramas et les sitcoms et qui me gavent car, quand j'apprends qu'un personnage est enceinte, je sais déjà que la majorité de son intrigue pour la saison va tourner autour de ça. Du coup, c'est prévisible et rarement originale. Même quand on remplace la grossesse par une histoire d'adoption (et là, je me tourne de nouveau vers Friends ou plus récemment, vers Parks & Rec et l'affreuse intrigue de Chris et Ann). Frasier parvient à ne pas trop tomber dans le même écueil en sacrifiant Jane Leeves. En effet, plutôt que de se concentrer trop sur cette intrigue, on peut suivre Niles dans d'autres histoires. Par contre, Daphné est résumée à ça et mise de côté. 

vlcsnap-2013-06-29-21h25m24s81.png

Alors je ne sais pas ce que je préfère : avoir Niles et Daphné préparer l'arrivée du bébé pendant une saison entière, avoir Daphné hors-jeu pour avoir toujours un Niles au sommet de sa forme (j'ai trouvé la prise de poids un peu naze mais les sautes d'humeur très drôles) ou avoir un bon équilibre entre les deux ? Désormais, je pense qu'il est trop tard pour rectifier le tir et on peut remercier David Hyde Pierce pour nous faire oublier le mauvais traitement de toute cette histoire. 

Je tiens aussi à préciser que, comme prévu, je me réjouis des fiancailles de Martin et Ronee et que, malgré quelques épisodes de remplissages se reposant un peu trop sur du gag facile, la saison reste relativement solide. Espérons que la dernière ligne droite soit ascendante !

00:00 Publié dans Frasier | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.