Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2012

How I Met Your Mother 7x17

7x17 No Pressure

Vous allez me trouver faible mais je retire tout le mal que j'ai dit du cliffangher de l'épisode précédent. Parce que aussi débile semblait-il, il a au moins permis d'avoir un joli épisode comme celui-ci. 

739f4a754885bf78_How-I-Met-Your-Mother.xxxlarge_1.jpg

Juste avant Noël, on avait eu le droit à l'épisode de la maturité pour Robin, où la désilusion prenait le pas sur ses idéaux. Comme Ted est le personnage qui porte en lui le plus d'idéaux, il était logique que la dure réalité viendrait lui aussi le frapper, à un moment ou un autre. Le personnage principal était resté en retrait pendant une bonne partie de la saison et n'avait pas eu d'intrigue vraiment consistante ou passionnante depuis bien longtemps. Normal alors que tout le monde crie au scandale lorsque la seule idée des scénaristes le concernant est de le faire retomber dans les bras de Robin, son love-interest initial qui était déjà à l'époque des premières saisons un bon moyen de gagner du temps en attendant de rencontrer la Mother. Seulement, avec "No Pressure", leurs retrouvailles sentimentales sont coupés court de manière assez brute et surtout, très juste. Sans artifice, l'épisode va directement à l'essentiel et ne perd pas une minute pour nous dépeindre la rapide chute du couple ressuscité. 

Je ne suis pas particulièrement attaché à Ted mais si j'ai autant été ému par cet épisode, c'est avant tout car j'ai pu m'identifier de très près à son raisonnement. Parce que réaliser que l'on ne peut pas garder une ex dans le coin de sa tête en espérant la reconquérir un jour est un long processus, douloureux, que j'ai vécu, comme tant d'autres personnes au coeur sensible. C'est mon point commun avec Ted, et lorsque son idéalisme est visité avec autant de justesse, c'est vraiment poignant. Surtout que tous ses amis sont mobilisés pour nous offrir différents points de vues sur un couple qui a tout de même fait les beaux jours du début de la série et qui méritait vraiment ce bilan, plusieurs années après. Et si j'ai pris forcément le parti de Ted, à aucun moment Robin n'est pointé du doigt. Les sentiments sont au final quelque chose de très personnelles, que l'on finit toujours par garder pour soi et que mêmes nos amis les plus proches ne peuvent comprendre tout à fait. Ils évoluent et deviennent de plus en plus forts ou amers au fil des années.

Le parcours de Ted et tout ce qu'il réalise lors de ces vingt minutes parfaitement orchestrés sont donc un petit modèle de comédie romantique atteignant l'âge de la maturité et abordant des sujets plus complexes et forcément, moins légers. On pourra reprocher à cette saison de manquer d'humour, mais comme HIMYM ne m'a jamais fait hurler de rire, je préfère avoir une belle évolution narrative, en dépit de la laugh track de plus en plus obsolète et à côté de la plaque. Quand à la Mother, peut importe. Il est vraiment temps de passer outre la mythologie du show et d'apprécier comme il se doit ce genre d'arc consacrés à l'évolution des personnages. C'est une série sur le passage à l'âge adulte, rien d'autre, comme le prouve le déménagement de Lily et Marshall, les déboires de Robin ou les désilussions de Ted. À part pour le traitement de Barney qui manque toujours cruellement de justesse, je trouve ça assez courageux et gratifiant et je ne regrette vraiment pas d'avoir tenu bon jusqu'ici. Ne serait-ce que pour ce dialogue entre Marshall et Robin. 

How-I-Met-Your-Mother-No-Pressure-Season-7-Episode-16-11.jpg

C'est marrant, j'ai toujours été très dur envers HIMYM, je l'ai toujours considéré comme la comédie la plus sur-estimé de la décennie. Et puis sans m'en rendre compte, je me retrouve à la défendre et à apprécier plus que de raison cette septième saison qui, malgré tous ses défauts, a beaucoup de bonne volonté. De cohérence. Beaucoup de coeur. 

***

Ainsi s'achève mon 1300ème article sur ce blog. Pas mal. Je vous souhaite un excellent mois de mars. Entre le retour de Mad Men et la bonne santé actuelle de mes séries favorites, je pense qu'il n'y aura pas de soucis. J'ai un grand projet à vous proposer à tous très prochainement.

Merci pour votre fidélité, ici et sur mes réseaux sociaux. Je vous aime !

20/02/2012

How I Met Your Mother 7x16

7x16 The Drunk Train

Le pire avec ce cliffangher à la con, c'est que je m'en doutais et que je n'ai même pas eu le loisir d'un WTF. Juste une grimace. Putain les gars, vous venez d'enchaîner votre suite d'épisodes la plus matûre, cohérente et raffraîchissante depuis toujours et vous pouvez pas vous empêcher de tout ruiner, l'air de rien ? Je sais que vous sentez le besoin de freiner toute évolution parce que vous avez encore un moment à tenir à l'antenne, mais tout de même, le foutage de gueule à ses limites, non ? Et ça m'emmerde de gueuler comme ça parce que j'ai l'impression de l'avoir fait mille fois auparavant et d'avoir été suffisamment aveuglé par quelques épisodes solides pour pardonner à la série ses pires défauts. Cet épisode me les a rappelé un à un. 

101422_D0076b.jpg

Que ce soit Marshall et Lily en train de nous rejouer la même rengaine ou bien Barney dont les habitudes de Don Juan sont perturbés par une femme forte, c'est du vu et revu. Qui peut encore croire à la rédemption de ce dernier et qui peut encore supporter de voir Patrick Neil Harris faire ses yeux de cocker alors qu'on sait déjà que peu importe la guest-star qu'on lui mettra dans les pattes, elle finira par dégager. Tout comme Nora. Tout comme Stella ou la blondasse de l'an dernier pour Ted. Tout comme Kevin pour Robin. Oui, ce pauvre Kevin qui est passé de l'outsider raffraîchissant à un pantin pour des scénaristes en manque d'idées. À partir du moment où il fait sa demande, on sait que c'est terminé et que tout le traitement en profondeur opéré sur Robin cette saison est détruit. Et comme Barney n'est pas encore disponible pour l'inévitable mariage qu'on nous a promis, c'est Ted qui fait sa déclaration. Nous voilà revenu quatre ans en arrière. Toute l'auto-dérision et l'évolution de Ted sont révolus en une réplique. Et on repart de zéro. 

Bon, je m'excite. Il ne s'agissait, après tout, que d'une scène finale navrante dans un épisode pas drôle et redondant. Mais si quelqu'un cherche un bon moyen pour prouver l'essouflemment total de la série (que je continuais encore bêtement à défendre alors que je l'ai toujours remise en question), ce cliffangher est un exemple flagrant. Et vraiment décevant. Tout comme un Barney dont on ne sait plus quoi faire et Marshall et Lily qui n'ont finalement qu'un seul intrigue étendue à l'infini depuis trois ans. C'est ça qui m'énerve. C'est d'avoir cru que le changement était de mise alors que comme d'habitude, ce n'était que de la poudre aux yeux. 

Avant de condamner la série et de retourner ma veste aussi rapidement, je lui laisse le bénéfice du doute. Mais juste au cas où, je vais reprendre Raising Hope et Modern Family là où je les avaient laissés, histoire d'avoir quelque chose de divertissant à regarder à la pause déjeuner. 

09/02/2012

How I Met Your Mother 7x15

7x15 The Burning Beekeeper

C'est le genre d'épisodes que HIMYM maîtrise à la perfection : un concept solide, un huis-clos, les personnages principaux réunis au même endroit entourés de guest-star sympathiques. Et pourtant, les scénaristes parviennent à se planter.

D'abord parce que le concept manque de solidité. La pendaison de crémaillère organisée par Lily et raconté par Ted à ses gamins est divisés à travers trois pièces : le salon, la salle à manger et la cuisine. C'est simple, efficace et ça pourrait se déroule comme une bonne petite pièce de théâtre. Sauf que la narration détourne ses propres règles, en nous amenant toujours d'une pièce à une autre, en nous râbachant sans cesse les mêmes informations, de peur que l'on soit pas assez intelligent pour recoller nous même les morceaux d'un puzzle pourtant pas si compliqué. En jouant trop avec nos attentes et pas assez avec notre mémoire, le récit de Ted devient lourd, redondant et s'essoufle car la résolution ne peut qu'être décevante.

a_560x375.jpg

Surtout que le problème majeur, c'est le manque d'enjeux. Plutôt que de baser les conflits de l'épisode autour des personnages principaux, ce sont des récurrents comme Cootes (un Martin Short qui semble beaucoup s'amuser) ou Mickey qui évoluent lors de la soirée, le premier découvrant les joies de la détente et le second nous faisant son numéro d'éternel gamin. Oui, la presque-démission de Marshall n'a pas de conséquences sur lui mais sur son patron. La dispute entre Ted et Robin est clairement inutile, juste là pour leur donner quelque chose à faire et n'a aucune récuperssions, ni maintenant, ni pour la prochaine fois. Barney est de son côté de nouveau coincé dans une histoire de flirt (avec la toujours généreuse Rebecca Creskoff) et il a oublié d'être drôle. Et puis il y a Lily, qui réalise face aux crises générés par sa soirée qu'elle n'est pas prête à devenir mère et il s'agissait de la seule intrigue consistante de l'ensemble. Seulement, c'est bâclé et ça n'aboutit sur rien. Son dialogue avec Ted aurait pu être la touche d'émotion et d'humanité de l'épisode, mais elle disparaît. Comme si Futur Ted avait décidé de ne raconter que les moments idiots et futiles d'une soirée peu mémorable. 

Pas de quoi s'alarmer cela dit. Il s'agit même du premier véritable échec de la saison, où l'idée est bonne mais l'exécution ratée. Je ne peux pas reprocher aux scénaristes d'avoir de nouveau essayer de se renouveller. Mais les personnages devraient toujours être la source de leur créativité. Un concept sans âme ne pourra pas autant nous amuser ou nous émouvoir. 

23/01/2012

How I Met Your Mother 7x14

7x14 46 Minutes

La mise en abyme est à la mode. Arrested Development avait bien relançé le mouvement, Community l'a popularisé et voilà qu'How I Met Your Mother s'y met. Rien de révolutionnaire ni de surprenant, la forme de la série s'y prête bien et c'est fait avec subtilité, sans gratuité. Parce que le départ de Marshall et Lily dans la banlieue est l'occasion pour le show de se remettre en question et d'imaginer de manière consciente (méta, comme le veut l'usage) à quoi pourrait ressembler un épisode sans le couple. Le résultat est léger et assez drôle, avec une nuit où Barney devient le leader du groupe et amène ce qu'il en reste dans un strip-club puis dans une partie de poker où tout le monde tombe dans l'excès et frôle la mort de peu. Aussi amusante était cette parenthèse (même le générique est alternatif !), le message est claire : sans Marshall et Lily, rien ne va plus et l'unité est ce qui fait la force du récit. Après avoir exploré une sorte de réalité potentielle (cf. "Remedial Chaos Theory"), l'épisode se termine sur un plan du groupe réuni non plus au pub habituel, mais dans la cuisine des futurs parents. Une page se tourne, une nouvelle s'ouvre mais le coeur de la série, c'est bien les personnages et leur amitié. 

HIMYM-7x15-46-Minutes-Still-how-i-met-your-mother-27937192-500-363.jpg

Et c'est rassurant de voir que les scénaristes ont pensés à une solution pour ne pas trop éloigner Marshall et Lily du reste et ne pas les enfermer systématiquement dans leur maison de banlieue. Bon, ce n'est qu'une promesse et HIMYM n'est pas connue pour tenir ses promesses, mais c'est une bonne intention. Parce que là, c'était plutôt sympa, le père de Lily qui coince Marshall dans l'obscurité, la manière dont ils s'approprient cette maison peu à peu (voir Jason Segel près d'une batterie m'a rappelé tendrement Freaks & Geeks) mais à la longue, ce genre d'intrigues serait vite fatiguante. De toute façon, maintenant que le déménagement et le passage à l'âge adulte est plus ou moins digéré, je pense que l'on va s'attarder de nouveau sur le bébé. Ce sera moins passionnant mais si Marshall et Lily peuvent intéragir avec leurs amis de manière cohérente, ça m'ira. 

Reste Robin et Kevin, un couple auquel j'ai du mal à croire, à m'attacher. Kevin est un bon personnage, qui s'intégre bien au groupe et sait se faire discret lorsqu'il le faut (c'est bien qu'il soit absent de la scène de retrouvailles finale). Mais quand on connaît les sentiments de Robin pour Barney et qu'on sait que Kal Penn n'est qu'une énième guest-star qui finira bien par partir, il est difficile de vraiment s'intéresser à leur romance. En plus, c'est pas forcément drôle puisque le gimmick avec les voix-off était poussif, une blague unique étiré tout au long de l'épisode.

himym_S7E14_46minutes.jpg

Maladroit mais rafraîchissant. Contrairement aux deux saisons précédentes, on ne peut pas actuellement reprocher à la série de se complaire dans un status quo. Tant qu'elle continuera, tant bien que mal, de chercher à se renouveller et à sortir de sa zone de confort, je la regarderais avec intérêt. 

09/01/2012

How I Met Your Mother 7x13

How-I-Met-Your-Mother-Tailgate-Season-7-Episode-13-3.jpg7x13 Tailgate

La reprise est moins solide que prévue. Je n'ai pourtant pas l'habitude de placer la barre trop haute avec HIMYM mais après une première partie de saison étonnamment réussie, j'était en droit de m'attendre à mieux. L'ambiance est plus légère qu'à Noël, mais ce n'est pas une excuse pour se reposer sur de vieux gimmicks ou ressasser toujours la même chose. 

Bon, commençons par ce qui m'a semblé le plus intéressant : Marshall se confiant à son père, un an après la mort de celui-ci. C'était bien pensé, et on aurait du mal à reprocher aux scénaristes leur manque de mémoire. Mais tout comme à l'époque de l'enterrement du père Eriksen, les moments qui auraient dû être émouvants sont trop enfouis sous des blagues maladroites et des rires faciles. Et voir Marshall parler à la tombe de son père devient un nouveau moyen pour les scénaristes de renouveller la forme du récit, un gimmick plutôt qu'une histoire vraiment touchante. Et je sens que les histoires de bébés vont rapidement m'agacer si elle deviennent l'unique sujet autour duquel Marshall et Lily vont évoluer cette année. Abordée dans quasiment chaque sitcom qui existe, Friends en tête, les bébés ne sont pas ma tasse de thé. Et même les histoires bizarres de Marshall et le retour du père de Lily ont eu du mal à m'intéresser. Reste Jason Segel, qui a toute ma sympathie et une tendresse qui surpasse chacun des vilains défauts de l'intrigue. 

How-I-Met-Your-Mother-Tailgate-Season-7-Episode-13-10.jpgAprès avoir lancé des pistes aussi poignantes pour l'évolution de Robin avant la pause, c'est également dommage de revenir à quelque chose d'aussi bancal qu'Alexis Denisof qui en fait des caisses. Sandy Rivers ne m'a jamais vraiment amusé et son omniprésence a privé d'aborder plus en profondeur l'émotion de Robin alors qu'il est l'heure de dire adieu à cette année maudite. J'ai peur qu'avec cette histoire de retour face à la caméra, le parcours et les problèmes de Robin vont être rapidement mis de côté. Et ça vous a pas fait bizarre de voir Kevin toujours dans le coin ? J'aime bien le personnage et Kal Penn, mais voir Robin sortir toujours avec l'homme qu'elle a trompé est un peu malsain et colle peu avec elle. 

C'est dommage de ne pas avoir assez creusé l'émotion de ces deux intrigues, surtout que niveau légereté, celle de Ted et Barney aurait largement suffi. Du coup, c'est too much. Ressortir l'idée du bar histoire d'avoir un pastiche du générique de Cheers et un affrontement caricatural entre Barney le dragueur (Joey 2.0.) et Ted l'intello (Ross 2.0.) m'a laissé de marbre. 

J'en attendais probablement trop et je me doute bien qu'il sera difficile de réussir un sans-fautes sur la totalité d'une saison. Alors je serais patient et surtout, confiant. 

26/12/2011

Best Of 2011 (1/5)

J'étais déjà passé à la vitesse supérieure l'an dernier mais c'est vraiment en 2011 que j'ai été plus actif que jamais sur ces pages. Et que vous avez été de plus en plus fidèles : plus de 8000 vues par mois en moyenne et de nombreux commentaires (auxquelles je n'ai pas toujours répondu, toutes mes excuses). Pas mal de séries et d'épisodes ont été chroniqués et il est l'heure du bilan. Voici les 25 séries qui m'ont le plus marqués depuis janvier. Le classement est bien entendu subjectif, mélangeant drama et comédie, et agrémenté de courts commentaires puisque merde, je suis en vacances, faut pas trop m'en demander non plus ! N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et ce que vous avez vous-même retenu de cette année que j'ai trouvé grandiose télévisuellement parlant !

25) The Ricky Gervais Show (Saison 2)

rickygervais_jpg_627x1000_q85.jpg

Diffusion : De Janvier à Avril sur HBO. 

Pourquoi ? Parce que c'était drôle à écouter en podcast et ça l'est encore plus en version animé, puisqu'on peut voir la tête toute ronde de Karl et l'humilier en compagnie de Ricky Gervais et Stephen Merchant. Oui, voilà un programme qui consiste à écouter le type le plus idiot de la planète se faire humilier par ses amis riches et célèbres. Mais c'est fait de bon coeur, c'est souvent très drôle et on réalise très vite que Karl est probablement un génie. Très vite, le Ricky Gervais Show devient addictif et si l'on accroche à ce concept assez spécial, on avale la saison entière en à peine une journée. Je me suis en tout cas beaucoup amusé cette année en découvrant (avec un peu de retard) cette petite merveille de spontanéité et d'absurdité.  

Top 3 : "Clive Warren", "Kidneys", "Art"

***

24) How I Met Your Mother (Saisons 6 et 7)

How-I-Met-Your-Mother_Ducky-Tie_1_jpg_627x1000_q85.jpg

Diffusion : De Janvier à Mai et de Septembre à Décembre sur CBS. 

Pourquoi ? Je ne vais pas répéter ce que je répète depuis le début de saison. Après avoir eu du mal à trouver un quelconque équilibre l'an dernier, les scénaristes de HIMYM ont miraculeusement redressé la barre cette année, avec des fils rouges consistants, des études de personnages plus matûres et souvent touchants (en particulier Robin) et une forme qui se renouvele constamment. Je n'ai jamais beaucoup ri devant la série mais cette année, j'y ai passé un moment plus agréable et chaleureux que d'habitude, sans avoir trop l'impression qu'on me prenne pour un con.  

Top 3 : "The Ducky Tie", "Mystery Vs History", "Symphony Of Illumination"

***

23) 30 Rock (Saison 5)

23-30-rock_jpg_627x1000_q85.jpg

Diffusion : De Janvier à Mai sur NBC. 

Pourquoi ? J'ai longtemps pesté contre la feignantise et les égarements du show, mais Tina Fey a repris du poil de la bête avec cette cinquième saison quasiment sans fautes. Le "Live Show" avait déjà fait fort mais en 2011, on a eu le droit à une dose peu habituelle d'épisodes cultes et de guest-star bien exploités. Et un Alec Baldwin au sommet de son art. Si Kenneth ne m'avait pas gâché le plaisir, je suis convaincu que 30 Rock aurait été plus haute dans mon classement...

Top 3 : "Mrs Donaghy", "Operation Righteous Cowboy Lightning", "Queen Of Jordan"

***

22) The Big C (Saison 2)

The-Big-C_The-Darkest-Day_1_jpg_627x1000_q85.jpg

Diffusion : De Juin à Septembre sur Showtime. 

Pourquoi ? Et oui, je suis le premier surpris. Qui aurait cru qu'une série de Showtime dont la première saison était incroyablement bancale puisse autant m'émerveiller cette année. Avec une structure forte et des personnages approfondis, cette deuxième saison m'a beaucoup ému. Laura Linney mérite sa nomination aux Emmy et on doit également applaudir Oliver Platt dont le personnage a illuminé chaque épisode, jusqu'au bouleversant season finale. Sans trop de subtilité mais avec beaucoup d'humanité, The Big C m'a conquis. Et vous pouvez relire ma review ici. 

Top 3 : "The Last Thanksgiving", "The Darkest Day", "Crossing The Line"

***

21) Portlandia (Saison 1)

Portlandia_Farm_jpg_627x1000_q85.jpg

Diffusion : Entre Janvier et Février sur IFC. 

Pourquoi ? Un ovni court mais intense que je n'ai cessé de me repasser en boucle depuis l'hiver dernier, tellement la création de Fred Armisen et Carrie Browstein gagne en drôlerie à chaque visionnage. Voilà ce que j'en disais à l'époque et j'ai hâte de voir la suite très prochainement. Comme vous le voyez ci-dessous, j'ai une préférence pour les épisodes avec Kyle McLachan dans le rôle du maire de Portland ! 

Top 3 : "Farm", "A Song For Portland", "Mayor Is Missing"

***

20) Sons of Anarchy (Saison 4)

30sons-of-anarchy_jpg_627x1000_q85.jpg

Diffusion : Entre Septembre et Décembre sur FX. 

Pourquoi ? Et oui, la vingtième place seulement... Tout ça à cause d'une fin de saison en pétard mouillée, qui a fait passer le style avant la créativité et qui a presque ruiné tous les efforts de Kurt Sutter pour nous offrir un putain de divertissement. C'était tout de même le cas pour une bonne partie de la saison alors SoA mérite de figurer dans le classement. Relisez donc mon bilan.

Top 3 : "Family Recipe", "Kiss", "Hands"

12/12/2011

How I Met Your Mother 7x12

7x12 Symphony Of Illumination

Plutôt que de mettre entre parenthèse les progrès de l'épisode précédent pour nous offrir un miracle de Noël dégoulinant de bons sentiments, HIMYM travaille dans une belle continuité et surprend de nouveau. L'ambiance n'est pas à la fête et il est dur de préserver la magie des fêtes une fois la trentaine passé. Une dure réalité pour Robin, qui apprend qu'elle n'aura jamais d'enfants et qui finit seul sur un banc, sous la neige, avec juste un peu d'alcool pour se réchauffer. Une image forte qui prouve que Robin est décidément le personnage le plus intéressant de la saison et que la série sait encore manier un registre plus dramatique sans tomber dans le larmoyant. 

robin-seule-sous-la-neige.jpg

Quand l'épisode débute avec cette vision des enfants de Robin et Barney, j'étais partagé. D'un côté, je trouvais ça bien de nous révéler tout de suite l'inévitable mariage et vie commune des deux amants et d'un autre, je trouvais ça étrange. Alors quand l'on découvre qu'il ne s'agit que d'enfants imaginaires sorti de l'esprit d'une Robin stérile et déprimée, l'effet fonctionne et c'est plutôt courageux de la part des scénaristes (surtout en périodes de fêtes sur CBS où l'on doit s'attendre à quelque chose de plus consensuel). Alors bien sûr, il reste l'humour et quelques scènes pour vous réchauffer le coeur : Ted qui réconforte sa colocatrice, Barney qui rencontre un vieux concurrent dont la vie est ruiné par les gamins ou bien l'intrigue amusante de Marshall et du gamin infernal (par contre, comment Marshall, qui bosse pour l'écologie, peut-il cautionner autant d'éclairages et de gaspillage d'énergie ?). Et l'épisode est suffisamment bien construit pour émouvoir, amuser et surprendre, tout ça en même temps. 

Même si ça dégringole par la suite, on pourra toujours dire que les douze premiers épisodes de la septième saison formait un tout très solide. N'empêche, après ça, il va falloir assumer les gars : même si vous foutez en l'air le reste, j'espère au moins que l'évolution de Robin continuera d'être aussi inventive et touchante. 

29/11/2011

How I Met Your Mother 7x11

HOW-I-MET-YOUR-MOTHER-The-Rebound-Girl-Season-7-Episode-11-3-550x366.jpg7x11 The Rebound Girl

Tout commence comme dans un épisode de It's Always Sunny In Philadelphia. Deux amis enchaînent les verres dans un pub et imaginent la plus stupide des idées : adopter un bébé entre potes. Et tout se termine par le retournement de situation le plus soap possible : Robin est enceinte. Entre les deux, on a un épisode sympathique, qui contrairement à ce que son titre laisse entendre, n'est pas juste là pour la transition. 

Des choses se passent : Lily et Marshall quittent leur appartement new-yorkais pour emménager en banlieue, à Long Island, entrant définitivement dans l'âge adulte. On nous avait déjà préparé le terrain pour ce déménagement (et même Ted avait eu des envies de banlieux avec sa propre maison en fin de cinquième saison) et ça devrait apporter une nouvelle dynamique à la fois visuelle et scénaristique (comment expliquer les soirées au pub alors que le duo doit désormais prendre le train pour se déplacer ?). Le coup de l'appartement rétréci tenait plutôt du gimmick et la crise d'hystérie de Robin était poussive jusqu'à cette courte discussion avec Marshall qui était touchante juste comme il faut, surtout qu'on a peu l'habitude de les voir ensemble ces deux-là. Un bon point donc pour les scénaristes qui ont enfin décidés de faire aller de l'avant au moins deux de leurs personnages. 

Et puis il y a cette intrigue un peu couillon du "bro-parenting", qui permet quelques sourires mais ne fait pas le poids sur la durée. Surtout que la résolution avec le frère de Barney est convenue et son speech un peu trop dégoulinant de bons sentiments à mon goût. J'ai l'impression qu'avec la grossesse de Lily, on va déjà avoir le droit à beaucoup de speechs sur les bébés cette saison et ça ne m'enthousiasme pas plus que ça. Ah oui et je parle de Lily, mais il se trouve que Robin est également enceinte. Un cliffangher balancé vulgairement à la fin d'un épisode qui a pourtant passé son temps à nous parler du sujet, en nous rappelant qu'avoir un enfant avec un ami, c'est complétement dingue et irresponsable. C'est pourtant vers là que se dirige Barney et Robin, vers un enfant et comme l'avait indiqué le season premiere, un mariage. On aurait cru que Ted serait le premier à en être rendu là mais il sera au final, le dernier de la bande à passer à l'âge adulte. Et le vieux Ted, plus il parle des bébés des autres, moins il parle de la Mère. Je crois que je commence à m'y faire. 

Au milieu de cette saison plutôt réussie, les grandes lignes sont claires et sont les intrigues les plus convenues pour une sitcom : deux bébés, l'un voulu, l'autre non ; une romance impossible entre deux amis ; un romantique à la recherche de l'âme soeur ; un mariage imminent... Tiens, c'est marrant, c'est tout comme la septième saison de Friends, dans les grandes lignes... Sauf que HIMYM est en forme et va, je l'espère, contourner ces clichés avec créativité. Laissons-lui le bénéfice du doute. 

21/11/2011

How I Met Your Mother 7x10

week-25.jpg7x10 Tick, Tick, Tick

Pour que Ted rencontre la Mère, il faut que Barney se marie, et pour qu'il se marie, il doit trouver la personne parfaite pour lui, et comme on se doute qu'il ne s'agit pas de Nora, il faut qu'on attende que Robin laisse tomber Kevin pour se remettre avec lui et messieurs les scénaristes, vous en avez de la suite dans les idées pour ce qui est de nous faire patienter et de relancer votre fil rouge sans arrêt. Mais contrairement à d'habitude, je ne perds pas patience et j'ai même envie de vous féliciter parce que franchement, tout ce début de saison a été un vrai plaisir à suivre et ce "Tick, Tick, Tick" est la plus chouette mini-comédie romantique à l'eau de rose que j'ai vu cette saison à l'écran (j'aime beaucoup Leslie et Ben dans Parks & Rec mais on ne peut pas dire que l'eau de rose coule vraiment entre ces deux-là pour le moment). Ce n'est pas parce que les premiers balbutiements du couple Barney/Robin s'étaient soldés par un échec que l'on doit craindre leur réunion. Au contraire, tout est mis en place pour que ces retrouvailles soient naturelles et évidentes, que ça nous touche vraiment, que ce soit simple, beau, et que la décision final de Robin brise nos petits coeurs d'adolescente émotive... 

Mais bon, on se doutait bien qu'il était trop tôt pour changer autant la donne et comme j'aime bien le personnage de Kevin, je me dis que l'attente sera agréable. Il va juste falloir que le triangle amoureux soit à la hauteur et ne ruine pas complétement Kevin, justement, le transformant en antagoniste qu'il faut haïr. En tout cas, tout ce mélodrame, tout ce pathos, était très bien maitrisé et HIMYM nous prouve qu'elle sait encore gérer son fond de commerce aussi bien que son modèle Friends : la romance entre amis. 

Mais on est pas en reste niveau comédie parce que le trip de Ted et Marshall était une parenthèse bouffonne bienvenue et au twist final hilarant. Oui, vous ne rêvez pas : une chronique d'HIMYM avec les mots "touchants" et "hilarants". C'est un beau sauvetage que cette septième saison... 

14/11/2011

How I Met Your Mother 7x09

7x09 Disaster Averted

Un parfum de films catastrophes plane sur les comédies du moment. Après l'apocalypse selon It's Always Sunny et Parks & Recreation, voilà que HIMYM s'y met. Et l'ouragan Irene permet un excellent épisode, qui contient tous ce que les fans de la série aiment : une structure façon les Milles & Une Nuits avec un tas d'histoires parralèles qui recoupent intelligement, du nouveau pour les shipper Barney/Robin, un tas de bonnes répliques, une dose mesurée de douceur et un tas de baffes !

HOW-I-MET-YOUR-MOTHER-Disaster-Avorted-Season-7-Episode-9-640x290.png

Et même si je ne me considére pas comme un fan de la série, je dois avouer que j'ai passé un excellent moment. C'est souvent le cas lorsque Ted est tourné en dérision et que le groupe intéragit sans discontinuer tout au long de l'épisode. Depuis que Kal Penn met son nez dans les histoires des cinq amis, c'est toujours inspiré. Ici, la tempête permet de passer en revue un tas d'intrigues fil rouge lancé depuis le season premiere : la relation entre Barney et Robin bien entendu, la grossesse de Lily et l'insécurité de Marshall, la légereté de Ted face aux femmes et le manque d'attention du père de Robin envers elle. L'occasion également de revisiter des blagues récurrentes : la cravate aux canards, le Slap-Bet (de manière bien moins forcé que l'an dernier à Thanksgiving). Et c'est drôle, rythmé et même plutôt émouvant (juste à la limite de la guimauve).

Après, je ne suis pas sûr d'avoir envie aussi tôt d'un retour du couple Barney/Robin. Parce que Kevin et Nora, je les aiment bien. Mais il semble que ce soit inévitable alors, tant qu'à faire, c'était bien fait. 

07/11/2011

How I Met Your Mother 7x07/7x08

101057_01405b111013151756.jpg7x07 Noretta

Sympathique. Kal Penn est vraiment une bonne addition à la dynamique du groupe et le concept d'Oedipe est revisité de manière réussie. D'abord parce que la plupart des guest-star ont joués le jeu et sont revenus interprêter le rôle des parents (Frances Conroy était particulièrement drôle) et ensuite parce que, même si on est toujours à la limite du poussif, le rythme ne redescend jamais et des trouvailles visuelles relancent sans arrêt notre interêt. Et comme on le sait, Ted est toujours plus attachant lorsqu'il est en marge de l'épisode, et la scène où il appelle tout son répertoire pour aller voir un concert m'a beaucoup fait rire. La relation de Barney et Nora fonctionne toujours (même si on sait qu'elle est maudite) et l'apparition du frère de Barney nous rappelle à quel point la série a une bonne mémoire. Bref, encore un petit miracle pour une série dont, l'an dernier, je n'attendais plus rien. 

7x08 The Slutty Pumpkin Returns 

Tout de suite, je suis moins enthousiaste. D'abord parce que je n'aime pas Katie Holmes. Ensuite parce que les deux gags qui sont élaborés sur une grande partie de l'épisode ne m'ont pas fait particulièrement rire, que ce soit la stupidité de Lily dûe à sa grossesse ou les origines canadiennes de Barney. Trop de caricature et de lourdeur. Et comme j'avais carrément oublié la Slutty Pumpkin, je ne peux pas dire que l'intrigue de Ted m'a franchement plu. Holmes m'agace, Ted joue l'éternel romantique maudit et la résolution est prévisible. Juste sympa de voir Judy Geller dans le rôle de la grand-mère de Lily, même si c'était très court (on ne compte plus les hommages à Friends...). Bref, cet épisode d'Halloween (si on peut l'appeler ainsi) est une déception. Mais s'il y a déception, ça veut dire qu'il y a attentes. Et le simple fait que j'ai encore des attentes concernant HIMYM en dit long sur la petite réussite de cette saison. 

24/10/2011

How I Met Your Mother 7x06

HOW-I-MET-YOUR-MOTHER-Mystery-Vs.-History-Season-7-Episode-6-9.jpg7x06 Mystery Vs History

La formule d'un bon épisode d'HIMYM est très simple : avoir l'ensemble du cast réuni dans la même pièce, savoir doser les running gags et de nouvelles trouvailles visuelles, développer une histoire drôle et touchante autour d'un thème général, embaucher quelques guest-star pour pimenter un peu le tout et si tout va bien et qu'il y a du rythme, on est assuré de passer un bon moment. "Mystery Vs History" respecte la formule à la lettre et par conséquent, j'ai passé un excellent moment.

Le combat entre mystère et historique est une bonne idée, que les scénaristes parviennent à maintenir et à nourrir tout au long de la demi-heure, sans que cela soit trop forcé (contrairement à certains procédés narratifs plus artificiels qu'on a pu voir trop souvent l'an dernier). Bien entendu, tandis que Ted, Marshall et Lily sont pour le mystère, Barney et Robin préfèrent tout savoir sur tout le monde, et non seulement ça respecte la personnalité des protagonistes, mais c'est également un bon moyen de les réunir pour confronter leurs points de vues à coups de bonnes répliques et de gags qui font mouche (Barney et Robin en détectives du net, l'obsession de Ted concernant les comédies romantiques). C'est également une bonne réflexion sur la nature même de la série, qui adore nous balancer plein d'informations sur le background des personnages tout en préservant sans cesse le mystère (parfois à outrance à cause de cette putain de Mère !). Il y a une vraie énergie lancé dès la scène d'intro (un commentaire plutôt juste sur l'évolution de la société entre 2005 et 2011 !) et la révélation finale plutôt bien amené sur le sexe du bébé, un joli moment décrit avec simplicité. 

Tout le monde est donc réuni dans la même pièce, les gags sont inventifs, le thème est bien exploité du début à la fin et niveau guest-star, on a toujours Kal Penn dans le rôle du psychiatre, qui apporte un regard neuf sur le groupe et prouve avec drôlerie qu'ils sont tous des sociopathes (imaginez ce que ça aurait été s'il était sorti avec Dee Reynolds !). Ray Wise revient également pour quelques secondes jouer le père de Robin et là aussi, c'est drôle et bien intégré à un épisode déjà dense. 

Ce début de saison est un quasi sans fautes. Pour une fois, j'ai bien fait de ne pas abandonner la série !