Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2012

Séance de Rattrape [Mars]

Oui, je suis très en retard. La faute à un ordinateur qui m'a lâché pendant une bonne semaine, m'éloignant cruellement du monde des séries. Mais qui m'a tout de même permis d'avancer dans ma lecture de Games of Thrones (je suis rendu à la fin du quatrième livre) qui m'obséde depuis que j'ai maté la première saison en février (je vous en parle pas mais je chroniquerais probablement la suite dès le 1er avril). Je vais pas vous mentir, l'activité du blog ne va pas être aussi quotidienne que d'habitude ces prochains mois car la préparation et le tournage de Billy va me prendre un temps fou. Mais les retours de Community et Mad Men vont probablement m'inspirer. En attendant, séance de rattrapage, en mode accélérée. Mieux que rien, non ?

30_rock_the_tuxedo_begins.png30 Rock 6x08/6x09

Après un double épisode qui ne décollait jamais vraiment, 30 Rock revient à son format habituel et nous prouve qu'elle est tout à fait capable de remplir ving minutes uniquement avec du fou rire et de l'inventivité. Que ce soit en parodiant le Black Knight de Nolan (6x08) ou en inventant un jour férié particulier (6x09). Ces deux épisodes sont les plus drôles de la saison et s'éloignent des romances habituelles (excepté l'incroyable duo Jenna/Paul) pour jouer à fond la carte du délire référencielle. De Jim Carrey à Steve Little (Eastbound & Down), les guest-star étaient parfaitement utilisés et même Kenneth remonte peu à peu dans mon estime. Allez, j'ose le dire : "Leap Day" est le meilleur épisode de 30 Rock que j'ai vu cette année. 

Jenna : "Oh don't be so dramatic. That's my thing, and if you take it away from me I will kill myself...and then you."

Cougar Town 3x03/3x04

"Welcome to Cougar Town. Your name isn't that great either."

J'entends des choses étranges du genre "cette saison est inégale". Je vous demande pardon ? D'abord, à ce stade là, n'est-il pas un peu tôt pour juger une saison ? Ensuite, j'ai envie de dire : NON. La joie que je ressens devant Cougar Town est intacte, et même renforcé par sa très probable annulation. Je savoure chaque réplique, et l'addition de Sarah Chalke ne fait que renforcer l'équation, surtout lorsqu'elle parle français. La parodie de Braverheart et les tirades de Laurie sont les moments qui m'ont le plus marqués et je dois ajouter que Grayson est définitivement devenu mon personnage favori. La comédie que j'attends le plus chaque semaine. 

CT304.jpg

Eastbound & Down 3x03/3x04

J'aurais aimé prendre le temps de vous narrer les dernières péripéties de Kenny Powers, de disserter sur le génie d'un personnage comme Stevie Janowski, de louer la qualité de la réalisation et de la bande originale la plus inventive actuellement à la télévision. Acclamer l'utilisation couillu de Jason Sudeikis suite à la mort de Shane et l'apparition de son frère jumeau. Faire une liste des moments les plus drôles de ces deux épisodes, du monologue de Stevie à la paranoïa de Kenny vis-à-vis de bébé Toby le sorcier maléfique, sans oublier l'apparition du Trident. Essayer de trouver toutes les références de la série au cinéma des années 70/80, en particulier Rocky. Je vous dirais juste que cette dernière saison prend un tournant plus sombre, presque ésotérique, et permet à Kenny d'évoluer tout en restant le même, d'accèder au statut de maître jedi tout en découvrant naïvement les joies de la paternité. Que c'est franchement la série la plus intelligente et drôle du moment et que j'ai de grandes attentes pour le sprint final. Peut-être que je trouverais le temps de vous pondre un article intitulé "Comment élever un enfant selon Kenny Powers". "Why are you making curses upon me? ... If I give you toy will that raise the curse? Will you stop f*cking up my life, Toby?"

image17.jpg

How I Met Your Mother 7x18

J'ai bien compris, grâce à vos commentaires plutôt bien argumentées, que cette septième saison d'HIMYM vous laisse plutôt indifférent. Moi, je crois bien que c'est ma favorite. Comme je l'ai déjà expliqué, c'est passionnant de voir une série en train de vieillir et de constamment devoir justifier sa présence à l'écran. Elle doit redoubler d'inventivité, expérimenter avec sa forme et ses personnages et avec un certain désespoir, répondre sans arrêt à la question "pourquoi je regarde encore ce truc ?". Les scénaristes, malgré toutes leurs mauvaises idées, sont plein de bonnes intentions et ont fait du bon boulot. Après un retour vraiment touchant sur la relation Ted/Robin, "Karma" est une nouvelle tentative   pour faire évoluer Barney. Si la strip-teaseuse m'est assez insupportable (surtout que l'on sait bien qu'il la demandera en mariage et la plantera pour les beaux yeux de Robin), les questionnements de Barney sont toujours plus intéressants que son éternel confiance en lui. L'expédition de Robin dans la banlieue était fun, et Ted continue d'être un faire-valoir de qualité.

Je ne garde pas un grand souvenir de "Karma", seulement l'impression que la septième saison continue d'avoir une belle continuité et des choses à nous raconter. 

HIMYM-718.jpg

Justified 3x07/3x08

Là aussi, je me serais bien amusé à disserter sur les aventures de Raylan, mais j'ai passé trop de temps à attendre la suite pour analyser sérieusement ce qu'il vient de se dérouler. On est au milieu de la saison et chaque minute qui passe relie de plus en plus Raylan aux manigances de Boyd, Quarles et autre Limehouse. Les guest-star de luxe défilent à toute allure : Stephen Root, Stephen Tobolowsky, Rick Gomez et même ce bon vieux Brodie (Homicide). Le FBI, le shérrif et la police sont invités à la fête, Neal McDonough s'enfonce de plus en plus dans le registre de la folie, Art s'accapare les meilleurs répliques mais Tim parvient à lui en voler quelqu'unes, Gary fait un retour remarqué, Boyd se fait discret et laisse le champ libre à ce bon vieux Raylan pour nous montrer à quel point c'est le plus génial des cow-boy torturés. Surtout depuis qu'il vit dans un saloon et boit son whisky en écoutant de la country. "Watching the Detectives" joue sur une structure assez unique, mélant différentes investigations avec une habilité remarquable et un sens du rythme assez raffraîchissant. C'est maîtrisé, c'est complexe, c'est fun, c'est le terrain de jeu des meilleurs acteurs à la télévision, c'est Justified et c'est le genre d'événements à ne manquer sous aucun prétexte. 

FX_Justified_06-560x312.jpg

Parks & Recreation 4x17

Ce qui m'emmerde le plus avec cet histoire d'ordinateur qui ne marche plus, c'est que j'ai pris du retard sur Parks & Rec et c'est vraiment pas dans mes habitudes, moi qui fait des nuits blanches rien que pouvoir regarder l'épisode avant tout le monde (enfin de ce côté-ci de l'Atlantique tout du moins). Cela n'enlève rien à mon plaisir lorsque je finis enfin par retrouver Pawnee, mais mon rôle de fan acharné s'en retrouve quelque peu remis en question.

"Campaign Shake-Up" est une nouvelle réussite, consacré principalement à la campagne. En introduisant Kathryn Hahn dans le rôle de la directrice de campagne de Bobby Newport, les scénaristes se font pardonner de la stupidité de ce dernier. Enfin, voilà un véritable challenge pour Leslie et Ben, qui permet aux intrigues politiques de rester assez intelligente sans pour autant nous priver de Paul Rudd. Win-win situation. L'intrigue secondaire est basé autour du duo Ron/April, c'est donc forcément une réussite. Surtout que April continue d'évoluer, même en dehors de sa relation avec Andy. Qui aurait cru voir la stagiaire blasé devenir intérimaire au poste de l'éternel enthousiaste Leslie Knope ? Aussi innatendu qu'évident. La manière dont les habitants de Pawnee utilisent les fontaines à eau m'a tué et Ann continue de s'intégrer avec de plus en plus de facilité avec le reste de l'équipe.Mais "Campaign Shake-Up", c'est aussi une apparition sympathique de Carl Reiner et, surtout, le sacre de Perd Hapley, le champion de la réthorique : “Now, it’s time for our next segment…which is a commercial”.

tumblr_m0ao97xpI51roujg8o1_500.png

The Good Wife 3x14/3x15

The Good Wife continue sur son excellente lancée. Même si David Lee est moins présent, tout le rest du cast a l'occasion de briller et les nombreux invités ne sont pas en reste, à l'image de Bob Balaban ou de Denis O'Hare, mon juge favori. Cette chère Wendy s'en prend plein la gueule et on jubile lors de l'audience où Will reprend enfin le devant de la scène... juste avant de le voir quitter les locaux du cabinet dans l'épisode suivant, dans une scène d'au revoir digne d'ER. Tandis que le trio Eli/David/Elsbeth mérite un spin-off, Peter et Alicia ont de nouveau le droit à de beaux affrontements, Diane est toujours ma favorite, Cary se la joue fair-play et les affaires judiciaires sont de très bonnes qualités. Un putain de bon divertissement dans l'une de ses périodes les plus passionnantes. Qui vient d'être renouvellé pour une quatrième saison. Parfois, il faut ravaler sa fierté et dire merci à CBS... 

el1.jpg

The Office 8x17

Si "Test the Store" nous prouve une nouvelle fois que l'arc en Floride n'était que de la poudre aux yeux et que la plupart des personnages de la série sont devenus irrécupérables, il nous rappelle également que Jim et Dwight sont des valeurs sûres lorsqu'ils sont correctement exploités. Grâce à eux, on oublie à quel point l'ouverture de la boutique Sabre est à des kilomètres de toute réalité, on oublie que Catherine Tate est insupportable et que même Toby n'arrive plus à rendre drôle ce qui se passe à Scranton, et on se réjouit de voir Dwight remporter une promotion et de voir Jim prendre de nouveau quelque chose au sérieux, en faisant une présentation complétement improbable sur fond de Coldplay, une scène assez couillue de la part des scénaristes. La chute sans fin de Ryan procure également quelques rires (surtout qu'elle est enfin ancré dans l'historique du show) et la pizza de Stanley est le clou du spectacle. Erin, je m'en fous un peu pour être honnête.

En résumé, Wilson et Krasinski sauve du naufrage un épisode très maladroit grâce à leur énergie et ils remontent tout deux très haut dans mon estime, ce qui est plutôt bon signe pour la suite.  

Luck 1x04

Orgasme télévisuel. Il faut le voir pour le croire. Et il faut se dépêcher à le voir parce qu'HBO vient d'annuler la série suite à la mort de chevaux sur le tournage de la deuxième saison. La malédiction David Milch continue et c'est bien dommage car malgré tous ses défauts, Luck est un spectacle qui parvient à vous coller à votre fauteuil lors de grands moments lyriques sur le champ de courses ou dans l'étable avec les monologues de Nick Nolte. Bel ovni. Putain de générique. Cast fabuleux. Et déjà, une mort annoncée...

hdr_luck-ep4.jpg

Sinon, je continue avec un grand plaisir mon intégrale Frasier à raison d'un épisode par jour, et ils sont tous des petits modèles d'écriture comiques qui n'ont pas pris une ride. J'ai savouré Mr Show, émission à sketches culte animé par David Cross et Bob Odenkirk sur HBO à la fin des années 90. Un bilan de la deuxième saison de Portlandia devrait arriver bientôt. New Girl me réjouit sans que je grince des dents, surtout depuis les apparitions de Lizzie Caplan. "Injured" était franchement un excellent épisode et je le proclame sans honte. Je visionne à l'occasion quelques épisodes de Modern Family, Up All Night, Raising Hope et Happy Endings et je m'amuse bien devant toute la bêtise de Smash, mon guilty pleasure favori. 

Alors je ne promets pas de reprendre le rythme habituel, mais pas d'inquiètude, je suis toujours là. 

08/03/2012

Parks & Recreation 4x16

4x16 Sweet Sixteen

Autant être honnête... J'ai regardé cet épisode le lendemain de sa diffusion, il y a donc deux semaines et je n'ai pas eu la chance de le revoir depuis. Parce que normalement, un épisode de Parks & Rec, je le regarde plusieurs fois de suite. Là, non. Mes projets m'ont laissés peu de temps pour le blog et mon ordi a eu la grippe, alors ça a un peu retardé cette chronique. Ce qui fait que - et c'est terrible - mes souvenirs concernant "Sweet Sixteen" sont un peu flous. C'est arrivé récemment avec The Good Wife. Je m'en veux parce que je n'ai pas cette habitude devant mes séries favorites. Et leur qualité n'y est pour rien car l'une comme l'autre sont en excellente forme en ce moment. Manquer de passion, devenir un télespectateur passif devant des séries que je trouve pourtant exemplaires, ça me fait un peu peur franchement. Espérons que ce ne soit qu'une mauvaise passe, qu'un coup de fatigue éphémère. 

thumb.jpg

Si je suis peu enthousiaste pour écrire, je vais quand même vous dire que je l'ai été en visionnant cet épisode. Il était franchement réussi. Une nouvelle parenthèse concernant la campagne. Mais avec quand même un message concernant l'engagement de Leslie et une belle leçon de la part de Ron, sur le porche du châlet de Donna. Tout ça à l'occasion de l'anniversaire de Jerry, qui a le droit à son moment de gloire, tout en restant l'éternel victime. Dans le genre personnage secondaires devenues tout aussi indispensables et attachants que ceux au générique, Jerry et Donna sont tout de même des beaux exemple et s'attarder sur l'un d'entre d'eux dans une saison déjà chargée est une belle preuve de l'amour que les scénaristes portent à leurs personnages. Cela dit, les problèmes existentielles de Chris commencent à tourner en longueur et l'associer avec Andy est sympa, mais pas à refaire trop souvent, car ce sont deux personnages qui risquent de s'entraîner dans un océan de bouffonerie et de caricature en unissant leurs forces. Mais finalement, Champion est lui aussi un personnage secondaire qui mérite sa place auprès des autres et qu'on lui accorde du temps. 

Cet épisode portait également un nouveau regard léger sur le couple improbable formé par Tom et Ann, qui est toujours aussi peu crédible mais toujours aussi fun, surtout lorsqu'une April bourrée s'en mêle. C'est la force du show : les intrigues sont tellement bien menées et les personnages tellements attachants, que ce genre de couple qui dépasse l'entendement reste tout à fait tolérable à nos yeux, voir franchement adorable. Tout comme cette histoire de campagne qui semble avoir des allures de présidentielles alors qu'il ne s'agit que des municipales dans une petite ville de l'Indiana. C'est peu plausible mais l'humanité du show et sa cohérence interne font que tout est possible et que l'on a raison de s'enthousiasmer même pour peu de choses, à l'instar de Leslie. 

Et à l'instar de Leslie, il va falloir moi-même que je suive les conseils de Ron et que je fasse des choix. Mes projets prennent chaque jour de plus en plus d'ampleur et même si j'aime ce blog, j'aime qu'on me lise et j'aime partager mes passions dans ces pages, il ne faudrait pas que je bâcle trop mes articles. Mieux vaut ne rien écrire que se forcer à écrire. J'en sais rien. J'ai encore des choses à dire mais je vais réfléchir aux bons mots de Ron Swanson dorénavant : "Never half ass two things, whole ass one thing."

25/02/2012

Parks & Recreation 4x15

4x15 Dave Returns

Avant que tout le monde soit en délire devant le couple Leslie/Ben (moi le premier, je dois avouer), j'avais adoré plus que de raison la romance entre Leslie et Dave, le policier. D'abord parce que ce dernier est interprêté par Louis C.K. qui est, comme vous le savez, mon héros (il suffit de fouiller les archives de ce blog pour en savoir plus). Et ensuite parce qu'à l'époque, le show commençait tout juste à trouver son rythme et Dave était une addition essentielle à ce nouveau départ. Alors savoir qu'il allait revenir m'a rempli de joie et prouve que les scénaristes ont bonne mémoire. 

0014drw1.jpg

Et qu'ils savent faire plaisir aux fans sans vraiment leur donne ce qu'ils veulent. Bon, je savait bien que Leslie n'allait pas accourir dans les bras de Dave alors qu'elle vit le grand amour avec Ben, mais je pensais que leurs retrouvailles allaient mieux se passer, qu'elles seraient plus légères. Et non. Dave est un personnage de télévision bien écrit. Du coup, il a évolué en trois ans d'absence. Il a gagné en amertume et en solitude. Et tout cela est très bien restranscrit par Louis C.K. et par sa confrontation avec une Leslie qui a elle aussi bien changée. Faisant figure de témoin totalement embarassée, Ben est là pour apporter un peu de légereté devant autant de situations embarassantes. C'est un peu comme si C.K. apportait avec lui son regard sur le monde et les relations amoureuses, une vision assez fataliste et sombre mais qui ne manque pas de réalisme ni de poésie. Du coup, c'est plus sombre et moins drôle que prévu, mais ça vise juste, c'est cohérent vis-à-vis du parcours de chacun des personnages. Les scènes au restaurant sont si bien écrites que l'on prend tour à tour le parti de Leslie ou celui de Dave, sans jamais décider qui a le beau rôle, qui a raison, qui est touchant ou détestable. Maintenant, j'avoue que j'aimerais bien voir Dave reprendre le poste du chef de police et rester à Pawnee plus régulièrement. Après ces retrouvailles étranges, rien ne l'empêche de redevenir ami avec Leslie, pas vrai ? En tout cas, même si elle ne se reproduit pas, cette apparition de Louis C.K. prouve à quel point nous aimons les personnages et chacun de leurs défauts. 

Et pour ce qui est de la rigolade, on est largement servi avec une intrigue secondaire qui réunit le reste du cast dans un studio d'enregistrement où Andy tente maladroitement d'écrire un hymne de campagne pour Leslie. Tout le monde a son moment de gloire, que ce soit Andy dans le rôle assez rare de leader ou Tom dont la relation avec Ann fonctionne toujours selon moi (tant qu'elle garde les pieds dans la réalité). Mais le vrai héros est bien entendu Ron Swanson, le Duke Silver, autre vestige de la deuxième saison qu'il fait bon de revoir. Ou d'entrevoir puisque le saxophoniste aime garder le secret. La complicité entre Ron et April est bien souvent ce que je préfère dans Parks & Rec et me voilà plus que servi. 

tumblr_l81m6rYXd11qc7jfno1_500.jpg

"Now, if you'll excuse me, I'm about to endorse 10 beers into my mouth because it has been an incredible stressful evening." Je compatis Leslie. Et je pense aussi à Dave. Et à Ben. Et à tout ces personnages plus vraies que nature qui t'accompagne pendant vingt minutes et qui te restent à l'esprit jusqu'au prochain épisode. 

14/02/2012

Parks & Recreation 4x14

4x14 Operation Ann

Pauvre Ann... Quand la série a débuté, elle était un vestige de l'époque où Parks & Rec ne devait être qu'un vulgaire spin-off de The Office et Rashida Jones en aurait été le symbole. Depuis, elle a principalement été utilisé pour des romances maudites, que ce soit celle avec Andy (oui, Andy a eu une vie avant April), celle avec Mark (qui s'en souvient ?), avec un tas de garçons étranges (dont un cow-boy) et Chris (pas moins étrange le garçon). À côté de ça, pas beaucoup de consistence et une tendance à faire tâche à l'intérieur des grands arcs narratifs comme le Harvest Festival ou la campagne pour le conseil municipal. Mais il y a encore certaines choses qui font de Ann un personnage que l'on adore et qui nous manquerait si elle n'était pas là : A) c'est un personnage de Parks & Rec dont quelqu'un que l'on aime plus que n'importe qui à la télévision. B) Rashida Jones est tellement belle que lorsqu'elle sourit, des petits coeurs tournent autour de ma tête, comme dans une bande-dessinée. C) c'est la meilleure amie de Leslie Knope, le meilleur personnage féminin actuellement à l'écran, elle mérite donc tout notre respect, d'autant plus que leur relation est l'un des points forts du show. "Operation Ann" parvient à tirer parti de cette "galmance" (c'est quoi le féminin de "bromance" ?) et à redonner à Ann un semblant d'intrigue. C'est encore une histoire de coeur, c'est toujours détaché de l'intrigue principale, mais c'est chouette comme tout. 

tumblr_lysotsqXpW1qbgdqpo1_r1_500.jpg

Comme Andy est marié, que Ben a trouvé son âme soeur, que Chris souffre toujours d'un trauma post-Gergich et que Ron Swanson est Ron Swanson, les scénaristes n'ont pas trouvé mieux que de balancer Tom dans les pattes de Ann. Il est vrai que, depuis le début de la série, ce dernier lui tourne autour constamment. Avant, c'était fun, un gag comme un autre. Maintenant, passons aux choses sérieuses : et si ils avaient une chance, amoureusement parlant ? Plutôt que de forcer les choses ou jouer la surprise à la Chandler/Monica, on nous présente cette hypothèse de manière sensée, drôle et tout à fait crédible, avec le thème de la Saint Valentin qui nous permet beaucoup d'indulgence. Mettre ensemble les deux personnages célibataires et en quête d'intrigues de la saison est une bonne idée, surtout s'ils s'en sortent sans être dénaturés. On n'en est qu'aux prémices, mais cette échange au restaurant annonce la couleur : Tom gagne en crédibilité et Ann gagne en décomplexion. Win-win. Une bonne surprise donc, que l'on s'amuse à découvrir en même temps que Leslie, la Cupidon idéale, qui malgré son Galentine's Day et tout ses prétendants (Orin !), n'avaient même pas pensé à une idée aussi risquée. Bien jouée, April. Tu as aidé Ann pour la première fois de ta vie et tu as fait remonter dans mon estime un personnage bien trop souvent sur la marge. Par contre, par pitié, pas d'abus de Tamm ou autre sorte de shippage fou furieux. Ne gâchons pas la fraîcheur de ce duo inatendu. 

Pour le reste, c'est l'épisode de Saint-Valentin parfait : du bonheur pour les shippers Ben/Leslie, avec cette chasse au trésor plein de fun, permettant non seulement un Ron au top de sa forme (meilleur tag final de la saison) mais également une mini-réunion Party Down avec un Martin Starr toujours le bienvenue (ne manquait plus que Megan Mullally et, soyons fou, Lizzy Caplan, qui serait plus à l'aise ici que dans New Girl). Chris Pratt fait ce qu'il sait faire de mieux : des gags physiques et une tête de chien fou. Quand à Chris, espérons que sa dépression ne dure pas trop longtemps, même si ça permet de voir une facette plus "sombre" du personnage de Rob Lowe (qui danse quand même de manière ultra-étrange).

tumblr_lz9elbPBgc1r6r1abo1_500.jpg

Je me suis légèrement spoiler sur la suite de la saison et je suis plus excité que jamais. Mais avant d'attaquer quelque chose de toujours plus ambitieux et riche en événements, un petit épisode détendue sur l'amour et l'amitié, ça fait du bien, surtout quand c'est aussi charmant. Autant vous dire que les petits coeurs qui volent autour de moi se sont bien agités durant ces vingt minutes délicieuses. 

Sinon, dans la catégorie Tumblr consacrés à Parks & Rec (ils sont un millier), le plus drôle du moment reste celui où l'on s'amuse à mélanger des répliques de la série avec des images de Games of Thrones (que je viens de visionner en quelques jours et devant laquelle j'ai pris mon pied, on en reparle bientôt). 

31/01/2012

Parks & Recreation 4x13

4x13 Bowling For Votes

À partir du moment où Leslie et son équipe débarquent au bowling, je savais qu'on aurait le droit à un festival Ron Swanson. Je ne m'étais pas trompé : rien que son sourire face au stand de hot-dogs est une raison suffisante pour adorer l'épisode. Sa partie avec Tom ("Tickey Tickey Tom Tom") et Ann (ou plutôt "Girl") est à l'image de cet épisode : fun et classique ! 

ronbowl_jpg_627x325_crop_upscale_q85.jpg

Classique dans le bon sens du terme, c'est à dire fidèle aux personnages et solide. On connaît bien Leslie et tous ses caprices pour tenter de convaincre un potentiel votant qu'elle est une candidate cool et détendue sont à la fois prévisibles et savoureux. Son petit jeu ravira à la fois ceux qui sont passionnés par la campagne politique et les shippers de son couple avec Ben. Comme je fait partie des deux catégories, j'étais ravi. Son discours final qui valorise sa franchise me fait aimer encore plus Leslie alors que je n'aurais cru pouvoir autant aimer un personnage de fiction. Parce que justement, on la connaît très bien mais elle peut encore nous surprendre. C'est la force des personnages de Parks & Rec. 

Comme April. Je me plaignais la semaine dernière du manque de consistance d'April cette saison, de la manière dont elle s'efface un peu trop derrière son idiot de mari. Les scénaristes lisent mon blog, c'est bien connu, et ont décidés de retourner l'épisode en vitesse pour me faire plaisir en donnant à Aubrey Plaza une intrigue digne de ce nom. Non seulement on s'amuse bien devant ce concours téléphonique organisé par Jerry pour recueillir des dons pour la campagne, mais c'est aussi l'occasion de revisiter la face un peu moins cynique d'April, lorsque celle-ci fait un effort pour réconforter Chris (le pauvre vient de se faire plaquer par Milicent). Cette intrigue secondaire donne à chacun l'occasion de briller, et prouve de nouveau que Champion est une excellente addition au cast. Voir un grand dadais comme Andy se trimballer avec un chien à trois pattes risque encore de me faire marrer pendant longtemps !

parks_and_recreation_38996.jpg

Cet épisode est un modèle pour la suite de la campagne et pour la manière dont chaque personnage devrait être utiliser, à mon humble avis. Et il n'oublie pas d'être très drôle... 

La sagesse de Ron Swanson : "When I eat it is the food that is scared."


26/01/2012

Hip-Hop Pawnee!

Quand une série lance une telle vague de créativité sur le net, c'est qu'elle est en forme. Des sites entiers sont dédiés à Parks & Rec, et aux habituelles fanfictions, montages, graphismes, etc... Je peux passer mes journées à les admirer tellement c'est bien souvent inspiré. Mais aujourd'hui, je suis tombé sur le truc le plus dingue imaginé par un fan : un EP composé de 3 morceaux hip-hop inspiré par Leslie Knope, Ron Swanson et Tom Haverford. Et c'est vachement bien. Alors je partage...

Parks & Recreation 4x12

4x12 Campaign Ad

Au départ, j'étais enchanté d'apprendre que Paul Rudd allait jouer l'opposant de Leslie dans sa course au conseil municipal. Depuis qu'il a volé la vedette à tout le monde dans Friends, je suis avec intérêt le parcours de l'acteur. Du coup, je suis plutôt déçu de voir le personnage d'abruti complet que lui ont réservés les scénaristes de Parks & Rec. Je ne pense pas qu'opposer Leslie à un fils à papa aussi caricatural et idiot sera très stimulant ou véritablement intéressant. Parce qu'à moins que Bobby Newport ne gagne en nuances par la suite (ce qui va être dur puisque Rudd n'a signé que pour quatre apparitions), je vois mal comment Leslie peut échouer et quand on se doute de sa résolution, une campagne politique est forcément moins passionnante. Surtout que l'on a déjà vu les méthodes de la famille Newport (cf 2x15 "Sweetums") et que leur manipulation de la vérité et des masses était bien plus solide et satirique que la bêtise pure et dure de ce fils caché qui sort d'on ne sait où. S'il n'était pas joué par Paul Rudd, je serais encore plus sévère et inquiet concernant la suite. 

tumblr_lyc0arqBV91qldau9o1_500.jpg

Heureusement, "Campagn Aid" ne fait pas que nous présenter un adversaire insipide. Il s'en sert également pour nous montrer un dilemne nécessaire pour Leslie : va-t-elle devoir changer sa nature pour pouvoir réaliser son rêve ? Nouveau chef de campagne, Ben lui fait réaliser qu'elle ne peut pas être la Leslie Knope adorable et aimante pour réussir, qu'il va falloir s'endurcir et faire quelques coups bas au passage. Leur pub final est un excellent compromis, qui utilise très bien la Leslie que l'on connaît et la Leslie en devenir, influencée par Ben, celui qui a pris une place importante dans sa vie personnelle et professionnelle. Et je passe en général un excellent moment dans le Q.G. de campagne en compagnie d'une Ann qui a retrouvé sa place et un Tom sympathique (quoi qu'étrangement en retrait dans un épisode consacré à la communication visuelle). Et j'ai encore espoir pour la campagne, elle ne fait que commencer. Il est juste dommage que le candidat adverse soit écrit à la louche, sans véritable cohérence ou consistence. 

Surtout que niveau bêtise, on est déjà bien servi par l'intrigue d'April et Andy. Si Chris Pratt excelle toujours dans les cascades et la gentille bouffonnerie, il est dommage de voir qu'il contamine une April qui se transforme peu à peu en Andy 2.0. C'est normal de la voir perdre un peu de son cynisme en compagnie de son mari, c'est une émulation naturel. Mais je ne veux pas qu'elle devienne aussi idiote que lui. La tournée des hôpitals était too much.

parks.jpg

Quand au duo Ron/Chris, il fonctionne plutôt bien dans une sous-intrigue un peu trop en pilotage automatique. Après avoir aidé Ben la semaine dernière, Chris semble avoir besoin de compagnie lui aussi. Et comme on le sait tous, Ron est la personne idéale pour tous ceux qui recherchent de la chaleur humaine. Il s'avère qu'une promotion est dans l'air et connaissant l'amour de Ron pour le changement, je doute qu'il soit le candidat idéal. Alors en attendant, c'était assez convenu.

Bien que j'ai ri à plusieurs reprises et que l'évolution de Leslie sous l'influence de Ben soit bien gérée, je suis plutôt déçu par l'arrivée de Paul Rudd, pourtant prometteuse. Et par cet épisode inégale, qui jongle entre ces différentes intrigues avec une maladresse que l'on voit rarement dans la série.  

17/01/2012

Parks & Recreation 4x11

4x11 The Comeback Kid

Elle ne nous avait quitté que durant trois semaines, et Parks & Rec était pourtant la série dont j'attendais le plus le retour en 2012. Surtout après la promesse d'un nouvel arc enthousiasmant, celui de la campagne de Leslie organisée en compagnie de ses collègues et amis. Quoi de mieux pour exploiter à la fois un ensemble de personnages attachants et une véritable ambition scénaristique qui dépasse la simple comédie de bureau... 

PWYJudges-Parks-and-Rec-Ice-Rink-Knope-2012.jpeg

Et voilà un nouvel exemple de l'intelligence des scénaristes : plutôt que de nous montrer d'emblée une victoire de notre chère équipe, on réalise très vite que leur association entraîne un désastre. La team de Leslie est un pot-pourri soudé uniquement par un enthousiasme et un amour partagé pour leur candidate. Et ça ne les empêchent pas de se casser (littéralement) la gueule. Sur une patinoire. Avec "Get On Your Feet" en boucle. Un chien à trois pattes qui pisse sur Ron. Et Pistol Pete, héros de Pawnee digne de Lil' Sebastian, qui se prend une gamelle sur la glace. Tout ça juste après un speech dans les vestiaires digne du Coach Taylor dans Friday Night Lights. Un début de campagne qui est donc inoubliable, convenant parfaitement à chacune des personnalités de l'équipe et mettant en valeur les notions qui font de Leslie Knope l'un des personnages de comédie les plus attachants : la passion et l'amitié. Avec la bonne idée de nous faire réaliser que ce n'est pas forcément la clé de la réussite. Dans l'intervalle, Ann aura trouvé enfin le moment de réintégrer noblement l'ensemble avant d'échouer dignement et de laisser sa place à Ben. 

Un Ben qui déprime dans une intrigue secondaire amusante et nécessaire. Cela aurait été trop simple de mettre de côté la crise existentielle du personnage et Adam Scott est trop bon dans ce registre pour s'en priver. Sa passion pour le calzone et son chef d'oeuvre "Requiem on a Tuesday" sont bien pensés et ne tombent pas la caricature. Même chose pour Chris, que l'on retrouve plus détendu que d'habitude, débarassé de son nouveau statut de méchant patron (qui était justifié à l'époque mais ne l'est plus), juste là pour aider son vieil ami. La nomination de Ben au poste de chef de campagne était prévisible mais elle arrive pile au bon moment. En espérant que les autres collègues continueront d'aider Leslie à leur façon, maladroite mais pleine d'humanité. 

Voilà donc que ma comédie favorite marche sur les pas de mes dramas préférés, mélangeant la chaleur humaine et la chronique sociale de Friday Night Lights avec l'idéalisme politique et le travail d'ensemble de The West Wing. Elle devrait donc rester ma comédie favorite pour encore un moment. Et 2012 sera l'année Leslie Knope ou ne sera pas. 

30/12/2011

Best Of 2011 (5/5)

4) Breaking Bad (Saison 4) 

breaking-bad-407-1.jpg

Diffusion : Entre Juillet et Octobre sur FX. 

Pourquoi ? Ce n'est pas la meilleure saison. C'est probablement la moins maitrisée. On ne sait toujours pas si son finale est un chef d'oeuvre ou du foutage de gueule. Mais n'empêche, la quatrième saison de Breaking Bad a dépassé toute concurrence dans la catégorie "série passionnante au cast parfait qui te colle le cul sur ton fauteuil et te provoque plein d'émotions fortes". Vous pouvez relire tout mes débats intérieurs la concernant mais il est clair qu'avec le recul, j'ai pris mon pied et que c'est toujours de la haute voltige. Bryan Cranston et Aaron Paul ne voleront pas leur Emmys s'ils en gagnent un de nouveau. Espérons que la cinquième et ultime saison soit à la première place du classement l'an prochain (ou en 2013, selon le temps qu'il faudra à Vince Gilligan pour se sortir de son propre pétrin). 

Top 3 : "Problem Dog", "Salud", "Crawling Space"

***

3) Parks And Recreation (Saisons 3 et 4)

2parksandrecreation_jpg_627x1000_q85.jpg

Diffusion : De Janvier à Décembre sur NBC. 

Pourquoi ? Avec la baisse de régime de The Office et la fin de Friday Night Lights, il me fallait une nouvelle série pour laquelle m'enthousiasmer et aimer de tout mon coeur. Après une deuxième saison remarquable tellement elle a vu l'ambition de la série monter et son équipe devenir attachante, la troisième saison de Parks & Rec a débarqué en janvier dernier et a été parfaite du début à la fin. Et l'ambition ne cesse de monter alors qu'on arrive au milieu de la quatrième saison. Je suis à courts de compliments pour vanter les mérites de cet univers unique, un croisement entre FNL et The West Wing avec un humour unique, des personnages que l'on aimerait avoir comme meilleurs amis et une romance pour laquelle il est encore bon de rêver. Avec un mariage surprise, un festival réussi et une campagne riche en événements, la série a un fond inépuisable de ressources et d'inventivité. Mention spéciale à Adam Scott qui s'est imposé comme l'addition irrésistible à l'ensemble. Ron Swamson est toujours le personnage le plus drôle à la télé. Et Amy Poehler la femme de l'année. R.I.P Lil'Sebastian et longue vie à Pawnee ! 

Top 3 : "Fancy Party""Lil Sebastian""The Trial Of Leslie Knope"

***

2) Friday Night Lights (Saison 5)

2562897188.jpg

Diffusion : Entre Janvier et Février sur DirectTV. 

Pourquoi ? Même si Parenthood est bien sympa et que Parks & Recreation est une chouette alternative comique à l'univers de Dillon, j'avoue ne pas encore m'être remis de la fin d'une série qui m'aura transporté dans l'univers le plus attachant du monde de la télé pendant cinq saisons. Faire ses adieux à des personnages aussi inoubliables n'a pas été facile mais les scénaristes ont accompli la tâche avec grandeur. Je n'avais pas été aussi ému depuis un final depuis Six Feet Under. Et j'ai passé de longs paragraphes à vous faire part de toutes mes émotions. La fin de FNL a laissé un grand vide pour moi et jamais je n'oublierais le couple Taylor et leur entourage. Texas forever. 

Top 3 : "Don't Go", "Texas Whatever", "Always"

***

1) Louie (Saison 2)

louie-duck1.jpg

Diffusion : De Juin à Septembre sur FX. 

Pourquoi ? Parce que sur scène, devant ou face à une caméra, Louis C.K. est l'homme le plus intelligent, drôle, irrévérencieux, touchant et sincère que j'ai pu rencontrer à la télévision. Avant de voir "Subway/Pamela", je ne pensais pas qu'on pouvait m'amener à ce niveau d'émotions avec autant de simplicité. Avant de voir "Eddie", je ne pensais pas que le suicide pouvait prêter à rire autant. Et avant de voir "Duckling", je ne pensais pas que ce même pouvoir du rire pouvait arrêter la guerre. Champion de la métaphore et de l'authenticité, Louis est mon héros et a signé les plus belles heures de télévision de l'année, loin devant toute concurrence. Je vous invite à relire mon bilan de la saison et à compléter votre visionnage avec son nouveau spectacle, "Live At Beacon Theater". 2011 était l'année de Louis et j'espère que 2012 le sera aussi. 

Top 3 : "Subway/Pamela", "Eddie", "Duckling"

13/12/2011

Parks & Recreation 4x10

4x10 Citizen Knope

D'abord, un petit coup de pub pour Cécile, une autre enthousiaste de Parks & Rec et une amoureuse du couple Ben/Leslie, qui suit mon blog et dont je vous conseille de suivre le sien. Elle parle également de Community, 30 Rock et The Office sous la forme d'articles fleuves raffraichissant et avec une passion du haut de ses dix-sept ans. Et je suis certain qu'elle va adorer ce nouvel épisode, le dernier avant la pause hivernale et probablement mon favori de la saison. Drôle, tendre, surprenant, émouvant et ambitieux, il réunissait toutes les meilleures qualités de Parks & Recreation

tumblr_lvxfu7e7in1qzeouso1_500.png

"Giving Christmas gifts is like a sport to me - finding or making the perfect something. It’s also like a sport to me because I always win. This year, though, my friends won. In fact, I got my ass handed to me.". Ah Leslie... On se doutait bien que, malgré sa suspension, son enthousiasme pour tout et n'importe quoi n'allait pas s'arrêter. Combien on en a de personnages qui adorent autant leur travail dans les comédies ? C'est beau de voir quelqu'un aussi authentique et qui n'est pas constamment bouffé par l'ironie. Et c'est ce qui place la série un petit cran au dessus de la concurrence, cette sincérité et cette amour entre les personnages jamais feinte, toujours organique et crédible. Autour de cette histoire de cadeaux, c'est ce qui est mis en avant, avec beaucoup de drôlerie et en offrant un petit moment de gloire à tout le monde. Tandis que Ron aurait presque les larmes aux yeux en construisant un bureau en pain d'épices, même Ann ne fait pas tâche dans l'ensemble, pour la première fois depuis longtemps. Quand à Ben, il est toujours aussi touchant dans sa quête du bonheur, cette fois professionnelle et c'est, contre toute attente, Jean-Ralphio qui sera la voix de la sagesse. Jean-Ralphio avec une coupe de cheveux improbable et une frénésie plus efficace que jamais (le tag finale est du grand art). Et alors que je craignais de voir l'intrigue de la campagne disparaître, elle est relancée de la meilleure façon possible, c'est à dire en impliquant tout le monde, redynamisant ainsi chaque personnage pour le reste de la saison, qui promet d'être très ambitieux. 

tumblr_lvxexep55g1qzti3ko1_1280.gif

Je manque encore une fois de superlatifs pour louer les qualités de Parks & Rec qui, avec cet épisode et le précédent, m'a réchauffé le coeur comme aucune autre série ne l'a fait cette saison. Avec sa ville où l'on aimerait habiter et sa galerie de personnages attachants, elle se rapproche finalement de Friday Night Lights. C'est même clairement assumé cette fois : "Clear Eyes, Full Hearts, Can't Loose!". Et avec la campagne politique qui s'annonce et le beau sens de la continuité dont font preuve les scénaristes, on pourra bientôt aussi la comparer à The West Wing. Je le redis donc pour la dernière fois cette année : Parks & Recreation est la meilleure comédie à l'écran. La plus drôle, la plus tendre, la plus émouvante, la plus surprenante, la plus ambitieuse. 

Alors en 2012, votez Knope !

02/12/2011

Parks & Recreation 4x09

4x09 The Trial Of Leslie Knope

Si les épisodes précédents avaient géré un peu maladroitement les retrouvailles du couple Ben/Leslie, je dois dire que cet épisode a triomphalement ravivé la flamme en ce qui les concernent. Prouvant ainsi que les scénaristes n'ont pas perdus la main concernant leur couple phare et que même avec les histoires de romances, ils gardent une vraie ambition et beaucoup de fraîcheur. 

tumblr_lvkztdj6Ju1qc0dmqo1_500.png

Sous la forme d'un procès, cet épisode nous rappelle avec humour et émotion tout ce qui fait de Leslie et Ben des personnages que l'on adorent et qui forment un couple parfait : l'enthousiasme sans faille qui est la meilleure qualité et le pire défaut de la première et la spontanéité maladroite qui rend le second aussi charmant. À l'aide de flash-backs qui sont un beau travail de continuité et grâce à quelques surprises (Tammy II, le retour de la vengeance !), on a une sorte de best-of jamais forcé de leur relation, qui est le fil rouge de la série depuis déjà un long moment. Tout se conclut avec une déclaration d'amour sous la neige qui fera fondre n'importe quel shipper et prouve que, pour ce qui est des belles scènes romantiques, les scénaristes ont encore plus d'un tour dans leur sac. De plus, maintenant que le "will they, won't they" est définitivement résolu, la campagne de Leslie va pouvoir devenir le fil rouge principal et relancer la deuxième partie de saison vers de nouveaux horizons encore plus passionnants. 

Mais l'épisode ne se contente pas d'exceller en ce qui concerne le couple car les autres personnages ont tous le droit à leur moment de gloire. En guise d'arbitre, on a un Chris qui nous dévoile une nouvelle facette de sa personnalité, juste au moment où il devenait trop cartoonesque à mon goût. C'est en vérité une version poussé à l'extrême de Leslie, c'est à dire une personne très attaché à son travail mais terriblement amoureux des gens et émotif. Rob Lowe a bien su jouer sur cet équilibre sans virer à la farce ou la caricature. De son côté, Ron a eu le droit à un énième petit discours d'encouragement à l'égard de Leslie et pour la enième fois, ça a fonctionné à merveille. Surtout qu'il avait déjà eu le temps de nous faire hurler de rire, que ce soit en sentant l'arrivée de Tammy ou dans le cold open face à l'ordinateur qui bouffe sa vie privée. Si Jerry a eu le droit à un épilogue amusant, c'est Donna qui était la star montante de l'épisode. Et quand une série parvient à déployer un univers tellement complexe et solide que l'on en vient même à connaître chaque partie de son Histoire, ses lois les plus folles ("Any women caught laughing is a witch") ou bien la dactylographieuse de la ville, elle mérite notre respect. Pour Noël, je veux une peluche Lil' Sebastian !

tumblr_lvl7oidBOx1r10pak.jpg

Grâce à cet épisode parfaitement maitrisé et chaleureux, Parks & Rec livre la plus belle déclaration d'amour de la saison. Ou, pour paraphraser Chris et livrer en quelques mots mon ressenti : "That was beautiful. I'm literally crying and jumping."

23/11/2011

Parks & Recreation 4x08

PARKS-AND-RECREATION-The-Smallest-Park-3-550x366.jpg4x08 Smallest Park

Je les adorent Ben et Leslie mais c'est la troisième fois en trois épisodes que l'intrigue principale est centrée sur leurs problèmes de communication suite à la rupture. Du coup, c'est plutôt redondant et ce n'est pas Leslie qui s'en sort le mieux au petit jeu de la jalousie. Il paraît que les scénaristes puisqu'ils ont décidés au dernier moment de déplacer "Ron & Tammys" en début de saison et d'inverser un peu l'ordre des épisodes. Malgré ce petit problème de gestion, cette histoire de plus petit parc de Pawnee est touchante à souhait et au moins, sa résolution promet du neuf. Un nouveau départ. Quelque chose d'adorable, que l'on soit shipper du couple ou pas. Moi je le suis, donc forcément, j'ai apprécié... Surtout que Ann a un rôle à jouer, enfin : elle dit tout haut à Leslie ce que l'auditeur commence à penser tout bas. Et met fin à une longue indécision qui commençait à peser. Bien joué Ann. Continue comme ça !

Mais pas autant que cette seconde intrigue où l'on suit Andy lors de sa visite de l'université de Pawnee. Quel meilleur trio que celui formé par Andy, April et Ron ? Ces deux derniers agissent comme les anges gardiens du premier, et leur point commun, c'est de vouloir encourager Andy. Ce dernier n'a jamais été aussi en forme cette année et sort parmi ses meilleures répliques. Chris Pratt a vraiment un don pour prononcer une phrase de la manière la moins inatendu de manière à créer la surprise et l'hilarité. Alors face à la maitrise de Nick Offerman, ça marche à tout les coups. J'espère d'ailleurs que l'on verre naître une romance entre Ron et cette charmante professeur féministe, c'est le genre de combinaisons parfaites qui ne pourrait qu'apporter un nouvel horizon au personnage, de nouvelles couleurs à son univers. Comme son attachement à Andy, vraiment touchant : "Of all my coworkers he is one of a small number of whom I do not actively root against...uh, there I go again gettin' all sappy."

Quand à Tom et Jerry (hihihi), c'est à la fois l'occasion de rendre le premier plus humble et d'offrir une petite victoire au second. De conclure une bonne fois pour toute le retour de Tom à la mairie. C'était drôle. Et c'est tout ce que j'ai à en dire. Ah, et je ne sais pas ce qui est arrivé à la coupe de cheveux de Rob Lowe mais il semble plus intéressant à petites doses. 

Après avoir tourné un peu trop longtemps autour du pot, les scénaristes décident de relancer le couple Leslie/Ben vers de nouveaux horizons. Et continuent d'explorer des combinaisons de personnages qui fonctionnent à merveille et raffraîchissent sans cesse le propos. Je ne serais pas contre un retour sur la campagne de Leslie, mais je suis également friand de l'aspect plus romantique du show, j'ai donc passé un bon moment devant Parks & Recreation. Ce qui est, en soi, un pléonasme.